Modes de vie, France info

Bien respirer pour déstresser

En ces temps de crises et de tensions, il est important de savoir gérer son stress. Les conseils de Carole Serrat, vous êtes sophrologue, spécialiste du stress et experte bien- être dans le magazine Top Santé.

00:00-00:00

audio
vidéo
avatar
Radio France

Mis à jour le
publié le

(©)

Nous avons tous des raisons d'être stressé, les parents et
les enfants à cause de la rentrée des classes, les demandeurs d'emploi  qui n'arrivent pas à trouver un travail, les
retraités qui ne savent pas à quelle sauce ils vont être mangés... et aussi
l'actualité  effrayante, la crise.  De récentes études révèlent que le stress chronique
au travail est une cause majeure de suicide.

Il est impératif d'apprendre à déstresser

La respiration est un outil précieux qui va nous permettre
de maîtriser nos émotions, de prendre du recul, de réduire notre taux de stress.

En cas de stress, notre respiration devient plus rapide et
nous avons alors tendance à respirer avec le haut du corps. Notre souffle
devient court, notre cœur s'emballe, nos muscles se crispent et ce processus
amplifie notre anxiété. Plus on stresse et plus on respire vite, plus on
respire vite et plus on stresse. C'est un cercle vicieux.

Sortir du cercle vicieux

Une bonne respiration va nous  permettre de nous détendre, de recharger nos
batteries. Lorsque l'on respire bien on élimine la fatigue parce que l'oxygène
que l'on inspire permet d'éjecter le gaz carbonique. Cela régule également le
rythme cardiaque, facilite la digestion et fait baisser le taux de sucre et de
cholestérol.

Une bonne respiration

Pour bien respirer il faut prendre exemple sur les bébés car
ils ont naturellement  la bonne
respiration : la respiration dite abdominale.

Au lieu de respirer avec le haut du corps, on se concentre
sur le ventre. On inspire par le nez en gonflant le ventre comme un ballon sur
trois secondes, on bloque l'air sur trois secondes et on expire en dégonflant
le ventre sur six secondes.

En cas de stress

Quand nous sommes stressés ou contrariés nous rajoutons une
intention à la respiration. A chaque inspiration, on gonfle le ventre et
on imagine que l'on se remplit de sérénité, de bien-être, et en expirant on
rentre le ventre en imaginant que l'on évacue nos tensions, nos peurs, nos
soucis. Pour cette respiration anti-stress, on peut prolonger le temps de
l'expiration car il y a un principe fondamental à retenir : plus longue
est l'expiration et meilleure est la détente et c'est le diaphragme qui fait le
travail. Il se contracte lors de l'inspiration et se décontracte lors de
l'expiration.

(©)