Mémoire d'Info, France info

Mémoire d'Info. Inès de la Fressange et la libération de Mandela en 1990 : "Ce qui paraît impossible tout d'un coup est possible"

Pour ses 30 ans, franceinfo a demandé à des personnalités de la culture et des médias de raconter l'info qui les a marquées ces trente dernières années. Inès de la Fressange se souvient de la libération de Nelson Mandela, le 11 février 1990.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoGuy BirenbaumRadio France

Mis à jour le
publié le

Nelson Mandela, après sa libération, le 11 février 1990 à Paarl, accompagné de sa femme Winnie.
Nelson Mandela, après sa libération, le 11 février 1990 à Paarl, accompagné de sa femme Winnie. (ALEXANDER JOE / AFP)

L'ancien mannequin Inès de la Fressange, est devenue une icône de la mode, symbole de la Parisienne sophistiquée. Il y a deux ans, à 57 ans, elle a lancé sa newsletter, La Lettre d'Inès. Pour franceinfo, elle revient sur la libération de Nelson Mandela, le 11 février 1990, l'un des événements les plus marquants de ces trente dernières années, selon elle.

Inès de la Fressange, à Paris le 4 juillet 2017.
Inès de la Fressange, à Paris le 4 juillet 2017. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Après 27 années passées dans une prison de l'apartheid, le leader historique sud-africain de l'ANC est un homme libre. Inès de la Fressange salue la mémoire de cet homme qui est sorti "sans aigreur, sans haine, avec un désir de paix et de rassemblement". Il y a aussi, derrière cette libération, "cette idée que les choses peuvent changer, que ce qui paraît impossible tout d'un coup est possible, exactement comme la chute du mur de Berlin", indique Inès de la Fressange. "On se dit que peut-être un jour, entre Israël et la Palestine, il n'y aura plus aucun problème. Ce qui paraît improbable pour plein de gens aujourd'hui, un jour sera possible", poursuit-elle.

La haine n'est "jamais une solution"

Inès de la Fressange reconnaît être une optimiste. "On a tous un petit penchant au pessimisme, estime l'ancienne égérie de Chanel. C'est beaucoup plus facile de voir les choses en noir. Et on a beaucoup plus d'imagination pour l'horreur que pour le bonheur alors que l'Histoire prouve que, souvent, les choses peuvent s'améliorer." Selon elle, Nelson Mandela, qui deviendra président de l'Afrique du Sud entre 1994 à 1999, "a compris que la haine n'était jamais une solution. La violence non plus. Et, que ses désirs ne se réaliseraient pas dans la haine. C'était très intelligent de sa part".

>> Quelle actualité vous a particulièrement marqué ces trente dernières années ? À l’occasion du 30e anniversaire de franceinfo, Guy Birenbaum a posé la question à des personnalités de la culture et des médias. Ils évoquent une date, un événement marquant ou vécu de ces trente dernières années.

Nelson Mandela, après sa libération, le 11 février 1990 à Paarl, accompagné de sa femme Winnie.
Nelson Mandela, après sa libération, le 11 février 1990 à Paarl, accompagné de sa femme Winnie. (ALEXANDER JOE / AFP)