Les Pourquoi, France info

Les Pourquoi. Pourquoi le cannabis est-il considéré comme un dopant ?

Philippe Vandel s'intéresse aujourd'hui à une drogue douce, consommée notamment comme psychotrope dans de nombreux pays.

00:00-00:00

audio
vidéo
logo
franceinfoPhilippe VandelRadio France

Mis à jour le
publié le

Culture de cannabis thérapeutique à Ontario (Canada), le 5 décembre 2016.
Culture de cannabis thérapeutique à Ontario (Canada), le 5 décembre 2016. (LARS HAGBERG / AFP)

Selon les autorités sanitaires, fumer du cannabis provoque à long terme des hallucinations et des troubles de la coordination neuromusculaire. Mais surtout, sur l’instant, un relâchement général. Alors pourquoi est-il considéré comme un
dopant ? Au même titre que la cocaïne, la caféine, l’EPO, la testostérone ou l’hormone de croissance, la créatine, la cortisone, ou autres anabolisants ? Quel sprinter aurait l’idée de se faire un joint juste avant  un 100m, en se disant : tiens, ça va m’aider à courir vite ?

D’abord qu’est-ce qu’un dopant ?

La définition évolue constamment. En France, la première définition légale du dopage date de 1965. Est alors considéré comme dopé "quiconque aura en vue ou au cours d’une compétition sportive, utilisé sciemment l’une des substances déterminées par le règlement de l’administration publique, qui sont destinées à accroître artificiellement et passagèrement ses possibilités physiques et sont susceptibles de nuire à sa santé" (loi N°65.412 du 1er juin 1965). En France, les premiers contrôles antidopage concernant le cannabis datent de 1993.

De nos jours, l’Agence Mondiale Anti-Dopage (WADA) stipule que pour qu'une substance soit interdite, "elle doit être un agent masquant ou répondre à deux des trois critères suivants : améliorer les performances sportives, être un risque potentiel ou réel pour la santé, représenter une violation de l'esprit du sport." 

C’est indéniable : le cannabis représente un risque pour la santé

Mais en quoi peut-il améliorer les performances sportives ? Tirer sur un joint peut aider dans certaines disciplines. Sa molécule active, le THC (6-9 tétrahydrocannabinol), agit sur les neurorécepteurs du cerveau, et améliore la relaxation musculaire et la vision, ce qui est très utile dans certains sports d’adresse, comme le tir. À faible dose, il agit comme un anxiolytique et aide à contrer les souvenirs anxiogènes, ce qui peut rajouter de la confiance, élément indispensable. 

La consommation de cannabis augmente le temps de sommeil et la récupération, ce qui accroit les performances d’un athlète qui doit multiplier les compétitions sur de courtes périodes. Certaines études montrent que le THC favorise l'oxygénation des tissus. 

Enfin, le cannabis est un analgésique

C'est ce qui repousse les limites de la douleur, ce qui est utile aussi bien en compétition qu’à l’entrainement. Tout ceci explique sa classification comme "dopant" ; n’en déplaise aux fans du film Rasta Rocket, l’histoire de l’équipe jamaïcaine de Bobsleigh. Mais ce n’est pas de là que vient le mot "descente"… 

Jusqu’à preuve du contraire.

Culture de cannabis thérapeutique à Ontario (Canada), le 5 décembre 2016.
Culture de cannabis thérapeutique à Ontario (Canada), le 5 décembre 2016. (LARS HAGBERG / AFP)