Le vrai du faux, France info

"Ne pas être énarque est un handicap pour être ministre sous Hollande" ?

En cas de remaniement, le député socialiste Philippe Doucet est persuadé de ne pas décrocher un ministère car il est "d'origine trop populaire. Je ne suis pas énarque, c'est un handicap sous François Hollande". Vraiment ?

--'--
--'--
Radio France

Mis à jour le
publié le

(Le député socialiste Philippe Doucet affirme qu'il faut avoir fait l'Ena pour entrer dans un gouvernement de François Hollande © Maxppp)

Si les choix de ministres ne se basait effectivement que sur les parcours scolaires des responsables politiques, Philippe Doucet peut garder espoir. Sur les 17 ministres actuellement en poste, cinq sont sortis de l'Ena : Laurent Fabius, Michel Sapin, Ségolène Royal, Emmanuel Macron et Fleur Pellerin. Si on prend également en compte les secrétaires d'Etat, il faut ajouter à la liste Clotilde Volter et Matthias Fekl. Ce qui nous fait donc 7 énarques sur 33 membres du gouvernement du licencié en Histoire Manuel Valls. 

Science po et du droit

Des énarques qui sont tous également passés par des Instituts d'études politiques, tout comme Marisol Touraine, Najat Vallaud Belkacem, Bernard Cazeneuve, Thierry Mandon ou encore Tierry Braillard. Pour le reste, on trouve également beaucoup d'anciens étudiants en droit ou en économie dans l'actuel gouvernement. Il y a aussi deux médecins parmi les secrétaires d'Etat ou encore un ancien instituteur (le secrétaire d'Etat aux anciens combattants Jean-Marc Todeschini).

Cinq énarques sur 17 ministres, c'est moins en proportion que dans le dernier gouvernement de François Fillon. A l'époque Valérie Pécresse, Chantal Jouanno, Laurent Wauquiez, Claude Guéant et Gérard Longuet. Soit six ministres sur un total de 16 membres du gouvernement.

Et dans les entourages du pouvoir ?

Voilà pour le devant de la scène, mais qu'en est-il dans les entourages ? D'après les travaux du chercheur du Cevipof, Luc Rouban, il y a 39% d'énarques dans l'entourage de François Hollande à l'Elysée. Et la proportion est quasimment la même dans les cabinets de Jean-Marc Ayrault hier et Manuel Valls aujourd'hui. C'est beaucoup, mais moins qu'à l'époque de Nicolas Sarkoy, dont l'entourage a l'Elysée était composé de 50% d'énarques. 

(Le passage par les grandes écoles dans les entourages © Luc Rouban, Cevipof)
Luc Rouban s'est également penché sur "les profils sociaux" en créant un indice de 0 à 6 basé sur six critères : avoir un père avec une profession supérieure, des relations familiales dans les affaires ou la haute fonction publique, être passé par au moins une grande école, être membre d'un grand corps administratif ou technique, être passé par un cabinet ministériel ou être un militant avec des ressources politiques. 

Résultat : En moyenne, le profil social des entourages de François Hollande est plus modeste que celui des entourages de Nicolas Sarkozy puisque la moyenne de l’indice est de 2,17 (contre 2,46), ce qui se confirme aussi bien à l’Élysée (2,31 contre 2,68), à Matignon (2,04 contre 2,34) ou dans les postes dirigeants des ministères (2,18 contre 2,44). À Matignon, les entourages de Manuel Valls ont néanmoins un indice moyen supérieur à celui des entourages de Jean-Marc Ayrault (2,21 contre 1,86).

(Le député socialiste Philippe Doucet affirme qu'il faut avoir fait l'Ena pour entrer dans un gouvernement de François Hollande © Maxppp)