Le vrai du faux, France info

Le vrai du faux. "Les prix de la tasse de café et de la baguette ont explosé avec le passage à l'euro"?

Pour Marine Le Pen, la monnaie unique est la seule responsable de l'augmentation des prix depuis 2002. En réalité, cette augmentation est à l'oeuvre depuis le début des années 90.

avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Marine Le Pen, le 21 avril, à son QG de campagne parisien.
Marine Le Pen, le 21 avril, à son QG de campagne parisien. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

L'euro responsable de la baisse du pouvoir d'achat des Français ? Un grand classique du Front national que Marine Le Pen a ressorti cette semaine, sur BFMTV : "Tous ceux qui nous écoutent savent qu'au moment où on est passés [à l'euro], ils ont vu le prix d'un certain nombre de produits exploser ! C'est le cas de la tasse de café au bistrot par exemple..." Ce n'est pas le cas de la baguette par exemple, lui rétorque le journaliste. "Si... Bah si !", affirme la présidente du Front national.

C'est faux.

On ne peut pas parler d'explosion directement liée à l'euro. Et pourtant, la baguette et la tasse de café ont bien augmenté depuis 2002 et le passage effectif à la monnaie unique. Trente centimes de plus, en moyenne, pour l'expresso en salle, d'après l'indice des prix de l'Insee. L'augmentation est de 1,70 euros pour le kilo de baguette. Sauf que prendre 2002 pour dater le début de cette envolée des prix empêche de voir que les tarifs du café et de la baguette augmentent en fait depuis... au moins le début des années 90. C'est lié, notamment, au cours des matières premières.

Le passage à l'euro n'a donc pas eu d'effets sur les prix ?

Si, et là il faut reprendre les calculs de la commission européenne qui estime que le passage à l'euro a représenté entre 0,1et 0,3% de l'inflation. Concrètement, cela signifie que 100 euros de courses en 2001 ont coûté 102 euros l'année suivante. Si l'on continue le raisonnement, sur ces deux euros d'augmentation, trente centimes sont directement liés au passage à l'euro. On est quand même très loin d'une explosion des prix dont parle Marine Le Pen.

Alors d'où vient cette perception d'une hausse de prix avec l'euro ?

Quand on regarde un peu plus dans le détail, on se rend compte que certains produits ont beaucoup baissé : les voitures, l'électroménager, des biens que l'on n'achète pas tous les jours. Alors que d'autres produits, plus courants, ont augmenté, comme la fameuse baguette. Ceci dit, les salaires ont également augmenté ces dernières années. L'UFC-Que choisir a, par exemple, calculé en 2012 qu'un salarié au smic doit travailler vingt secondes de moins qu'il y a dix ans pour s'acheter une baguette. Vingt secondes, ce n'est pas grand-chose, mais ça veut donc dire que sur ce produit, il n'y a pas eu de perte de pouvoir d'achat malgré la hausse du prix. Marine Le Pen a donc tort de parler d'explosion des prix directement liée au passage à l'euro.

Marine Le Pen, le 21 avril, à son QG de campagne parisien.
Marine Le Pen, le 21 avril, à son QG de campagne parisien. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)