Le vrai du fake, France info

Le vrai du faux. "La couverture vaccinale ne cesse de baisser"

Le vrai du faux passe au crible les arguments de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, qui souhaite rendre 11 vaccins obligatoires contre trois actuellement, pour les enfants de moins de deux ans. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le 5 juillet 2017, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a estimé que l\'augmentations des vaccins obligatoires pour la petite enfance répondait à une nécessité de santé publique.
Le 5 juillet 2017, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a estimé que l'augmentations des vaccins obligatoires pour la petite enfance répondait à une nécessité de santé publique. (MAXPPP)

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, souhaite rendre 11 vaccins obligatoires, contre trois actuellement, pour les enfants de moins de deux ans. "Il s'agit d'atteindre le seuil de vaccination demandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui est de 95%. Nous ne sommes qu'à 80% aujourd'hui. La couverture vaccinale ne cesse de baisser. Nous avons maintenant des enfants qui meurent. On ne peut pas laisser la situation se dégrader."

Loin des objectifs de l'OMS ?

C'est plutôt faux.

Il s'agit d'abord de préciser que cet objectif de 95% de couverture vaccinale date de 2004 pour la France. Cela vaut pour chaque type de vaccin, sauf la grippe avec un objectif de 75%. 

Par ailleurs, en se concentrant sur les vaccins chez les enfants de moins de 2 ans, c'est à dire ceux concernés par le projet du gouvernement, on s'aperçoit que pour les vaccins obligatoires, le contrat est rempli. D'après les derniers chiffres de Santé publique France, valables pour 2015, la couverture vaccinale est de près de 99% pour le premier vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la polyo et de 98% pour le rappel.

Et pour les vaccins que la ministre veut rendre obligatoires ?

Sur les huit vaccins, seulement recommandés pour l'instant, l'objectif de couverture vaccinale est rempli pour deux d'entre eux : l’Haemophilus influenzae B et la coqueluche. En revanche, la couverture vaccinale atteint, pour la rougeole, la rubéole, les oreillons, est de 90% en version une dose, hors rappel et de 91% pour le pneumocoque. C'est donc légèrement en dessous de l'objectif.

Il est à noter que deux sont loin du compte. La couverture vaccinale est de 88% seulement pour l’hépatite B et seulement 70% pour le méningocoque C.

La couverture vaccinale ne cesse de baisser ?

Ce n'est pas juste, en tout cas pour les vaccins chez les enfants de moins de deux ans. Cette couverture vaccinale est soit stable, soit en augmentation, au regard des données jusqu'en 2015 dont dispose Santé publique France. Elle augmente d'ailleurs pour les vaccins les moins demandés.

En résumé : 

La ministre de la Santé exagère lorsqu'elle affirme que la couverture vaccinale, en générale, n'est pas la hauteur des objectifs. C'est vrai pour certains vaccins recommandés chez les enfants, mais pas pour tous. Et cette couverture vaccinale stagne ou augmente ces dernières années.

Le 5 juillet 2017, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a estimé que l\'augmentations des vaccins obligatoires pour la petite enfance répondait à une nécessité de santé publique.
Le 5 juillet 2017, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a estimé que l'augmentations des vaccins obligatoires pour la petite enfance répondait à une nécessité de santé publique. (MAXPPP)