Le vrai du faux, France info

Le vrai du faux. "Édouard Philippe a voté contre toutes les lois de François Hollande"

Luc Carvounas, sénateur-maire d'Alfortville (Val-de-Marne) et porte-parole du PS pour les législatives, affirme que le Premier ministre a voté contre tous les textes de François Hollande. C'est plutôt vrai à de rares exceptions près.

00:00-00:00

audio
vidéo
logo
franceinfoAntoine KrempfRadio France

Mis à jour le
publié le

Luc Carvounas, sénateur-maire PS, en novembre 2016, à Alfortville (Val-de-Marne).
Luc Carvounas, sénateur-maire PS, en novembre 2016, à Alfortville (Val-de-Marne). (THOMAS SAMSON / AFP)

Luc Carvounas, sénateur-maire d'Alfortville (Val-de-Marne) et porte-parole du PS pour les législatives, a un message pour certains anciens ministres de François Hollande en lice pour les législatives et qui voudraient soutenir l'action de l'actuel gouvernement. "Aujourd'hui, ils soutiennent un chef de la majorité, Édouard Philippe, qui a voté contre toutes les lois de François Hollande. Donc à ceux-là, je leur dit : vous manquez de cohérence mes amis !"

Édouard Philippe a voté contre tous les textes de François Hollande ? 

Plutôt vrai.

À part quelques exceptions, Édouard Philippe a été un vrai député d'opposition. Sur la soixantaine de scrutins portant sur des projets de loi que franceinfo a épluchés, l'actuel Premier ministre a voté contre 46 fois, il s'est abstenu huit fois et voté pour six projets de loi du gouvernement.

En en fait, c'est assez classique. Il a rarement voté autrement que ses anciens camarades du groupe Les Républicains à l'Assemblée, signant par exemple la motion de censure du gouvernement en réaction au 49-3 déclenché pour faire passer la loi d'un certain... Emmanuel Macron. Idem pour la loi Travail. Opposition également sur la loi santé, le non cumul des mandats ou la transparence de la vie publique.

À quelques exceptions près...

La plus notable est la loi sur le nouveau découpage des régions. À l'époque, l'UMP veut garder les 22 régions mais le député Philippe, lui, vote le passage à 13 parce que cela voulait dire réunification des deux Normandie, chose disait-il qui lui tenait à cœur en tant que maire du Havre (Haute-Normandie).

Édouard Philippe s'est aussi abstenu sur plusieurs textes quand ses collègues votaient contre, une façon de se démarquer un peu en laissant passer sans le dire une loi du gouvernement. Cela a été le cas pour le mariage pour tous, la création des emplois d'avenir ou un texte sur l'égalité réelle en Outre-mer.

Il y a aussi des textes sur lesquels le député Philippe a été plus opposé que l'opposition. Notamment sur les lois d'après attentats. Cela a été le cas pour la loi sur le renseignement : il vote contre quand le groupe Les Républicains vote pour. Idem pour la première lecture de la loi sur la protection de la Nation.

Luc Carvounas, sénateur-maire PS, en novembre 2016, à Alfortville (Val-de-Marne).
Luc Carvounas, sénateur-maire PS, en novembre 2016, à Alfortville (Val-de-Marne). (THOMAS SAMSON / AFP)