Le vrai du fake, France info

Le vrai du fake. Les faux médecins djihadistes et le comique allemand

Vrai ou fake ? Marie Colmant et Antoine Krempf passent au crible deux infos repérées sur le web et les réseaux sociaux.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Marie ColmantAntoine KrempfRadio France

Mis à jour le
publié le

Un hoax relayé sur Facebook ( à gauche) et Nico Semsrott dans une vidéo sur YouTube (à droite). 
Un hoax relayé sur Facebook ( à gauche) et Nico Semsrott dans une vidéo sur YouTube (à droite).  (FACEBOOK / YOUTUBE / DR)

Le fake : de faux médecins djihadistes inoculent le Sida ?

 C'est un message un peu effrayant qui est partagé en ce moment sur Facebook. Le voici : 

Sauf que... Il y a plusieurs raisons de douter de cette histoire. D'abord, si effectivement de faux médecins de Daech faisaient du porte-à-porte, on ne voit pas pourquoi ni les autorités ni les médias n'en parleraient.

Ensuite, ce message ne nous dit pas dans quel endroit ça se passe ou encore d'où vient cette info. C'est louche. D'autant que ce texte est également partagé en ce moment en Australie, en Belgique, au Japon, au Cameroun et en Inde.

La même publication sur les faux médecins de Daech est partagée en Inde ou au Japon
La même publication sur les faux médecins de Daech est partagée en Inde ou au Japon (Capture d'écran Facebook)

Ensuite, il faut quand même un peu s'imaginer des djihadistes de Daech en train d'enfiler des blouse blanche avec des seringues plein les poches en train de faire du porte-à-porte en espérant convaincre les gens qu'ils souffrent du diabète et qu'ils faut qu'ils se fassent absolument injecter de l'insuline tout de suite sur leur pallier. C'est peu crédible. 

Mais si cette histoire fonctionne, c'est aussi qu'elle joue sur deux peurs. La première est liée au terrorisme de Daech. La seconde renvoie à une légende urbaine qui remonte aux années 90 : la peur d'une contamination volontaire à la seringue contaminée. Il y a eu par exemple la rumeur du pervers-fou qui aurait placé une seringue dans un fauteuil de cinéma ou, plus récemment, cette histoire de bananes ou d'oranges prétendument remplies de sang contaminé et vendues dans les rayons de supermarché.

Le vrai : en Allemagne, un comique se présente face à Merkel

Le 24 septembre se tiendront les prochaines élections législatives en Allemagne. Alors qu’on annonce un probable quatrième mandat pour la chancelière Angela Merkel, on découvre dans la presse allemande l’existence d’un nouveau candidat, un jeune comique de 31 ans. Un type très populaire en Allemagne pour ses spectacles de stand-up, qui s’appelle Nico Semsrott.

Forcément, pour les Français d’un certain âge, ça rappelle les élections présidentielles de 1981 auxquelles s’était présenté Coluche. Plus récemment, en Italie, l’exemple de Beppe Grillo, comédien à l’origine et fondateur du Mouvement cinq étoiles, a récolté près de 25% des voix aux dernières élections de 2013, et obtenu 163 postes de parlementaires.

En Italie, le mouvement avait pris principalement en réaction à la corruption des politiques. C’est une autre histoire en Allemagne. Et les élections législatives allemandes, d’ordinaire placées sous le signe du calme, se déroulent cette année dans un contexte de plus en plus tendu. Parce que depuis deux ans, depuis l’afflux massif de réfugiés dans le pays et la politique de la porte ouverte menée par Angela Merkel, le visage politique de l’Allemagne a beaucoup changé. De nouveaux partis sont apparus et pas des moindres, tels l’AFD, parti d’extrême droite radical dont la nouvelle chef Frauke Petry, préconise l’usage d’armes à feu contre les réfugiés.

Die Partei, le parti de Nico Semsrott, se présente comme le parti du travail, de la loi, de la protection des animaux, de la légalisation du cannabis et de la démocratie participative. Son programme pour le 24 septembre prochain est on ne peut plus clair : mettre un maximum de bâtons dans les roues de l’AFD et saper l’élection de ses futurs parlementaires. Pour arriver à ses fins, Nico Semsrott chasse sur le terrain des abstentionnistes, et plus particulièrement les jeunes, qui constituent la base de ses fans.

Sa méthode, c’est l’humour, démonter en se moquant les fantasmes de l’extrême droite sur le grand remplacement ou l’islamisation de l’Allemagne, un peu à la manière d’un Charlie Hebdo, "Si on regarde les chiffres, on se dit qu’il va falloir beaucoup de ténacité aux 2% de réfugiés pour islamiser l’Allemagne dans son ensemble", dit-il par exemple.

Nico Semsrott se présente à Berlin, la ville où il a élu domicile. Son modèle ce sont ces présentateurs américains tels Stephen Colbert ou Jon Stewart, qui commentent la vie politique avec force vannes, qu’il a découverts au cours d’un séjour de fin d’études dans le Mississipi. Nico Semsrott est lui aussi, un fou de politique et, comme ses idoles, il a recours à des vidéos qu’il poste sur YouTube. Ses fans apprécient, il fait salle comble partout où il passe. La vraie question étant aujourd’hui, quelles sont les chances de Die Partei et de Nico Semstrott ? Fera-t-il un carton comme le Mouvement cinq étoiles ? Honnêtement, ses chances sont très très minces, Die Partei est crédité d’à peine 5% des voix. Mais s’ils parviennent à franchir ce cap, ils seront représentés au Bundestag.

Un hoax relayé sur Facebook ( à gauche) et Nico Semsrott dans une vidéo sur YouTube (à droite). 
Un hoax relayé sur Facebook ( à gauche) et Nico Semsrott dans une vidéo sur YouTube (à droite).  (FACEBOOK / YOUTUBE / DR)