Le vrai du fake, France info

Le vrai du fake. À la recherche du fils préféré de Ben Laden et l'intox têtue à Saint-Martin

Vrai ou fake ? Marie Colmant et Grégoire Lecalot passent au crible deux infos repérées sur le web et les réseaux sociaux.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Anne Laubies, préfète déléguée de Saint-Martin, répondant à la presse le 8 septembre 2017.
Anne Laubies, préfète déléguée de Saint-Martin, répondant à la presse le 8 septembre 2017. (LIONEL CHAMOISEAU / AFP)

Le fake : encore de l'intox autour de l'ouragan Irma

Une information fausse a beaucoup circulé lundi sur les réseaux sociaux. Elle prétend que la préfète déléguée de Saint-Martin, Anne Laubies, aurait fui l'ouragan Irma. La fausse info a été retweetée des centaines de fois, notamment par des comptes de militants d'extrême droite ou de politiciens comme Jacques Clostermann, un proche de Gilbert Collard. Cette intox est venue surtout d'un article du blog extrémiste Breizatao, qui a été en partie déréférencé par Google à cause d'incitations répétées à la haine.

La préfète était bien présente pendant le passage de l'ouragan Irma. Anne Laubies a même dû se réfugier avec son équipe dans une petite pièce bétonnée car la préfecture a été soufflée en grande partie. Depuis, elle a participé à la gestion de la crise. Si elle n'a pas parlé dans les médias, on peut la voir sur des photos de l'AFP, à l'aéroport français de l'île. Très éprouvée comme les autres sinistrés, elle a reçu le renfort de deux sous-préfets. Devant l'ampleur de la diffusion de cette intox, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a pris la peine de lui rendre hommage sur Twitter.

La fausse information sur les évasions de la prison, côté hollandais de Saint-Martin, continue à courir

Il est difficile de la stopper, malgré les nombreux démentis, apportés en particulier par le général Jean-Marc Descoux. Il a expliqué que les informations venues de la partie néerlandaise de l'île avaient été mal comprises par les gendarmes français, à cause des communications extrêmement difficiles après l'ouragan. La gendarmerie sur place avait d'ailleurs pris la précaution de préciser samedi que ces informations n'étaient pas confirmées. Mais qu'importe, la rumeur a circulé et circule toujours. On le redit : il n'y a eu aucune évasion, bien qu'une partie du mur extérieur de la prison de Pointe blanche se soit effondrée. L'enceinte intérieure, elle, est restée intacte. 

Le vrai : le fils préféré de Ben Laden vivant, actif et recherché

Que reste-t-il de la famille Ben Laden ? Au lendemain des hommages aux victimes des attentats du 11 septembre 2001, la question se pose. Il reste Hamza Ben Laden, 28 ans aujourd’hui, l’unique garçon né de la troisième femme d’Oussama Ben Laden, Khairia. Pourquoi s’intéresser à lui, sachant que Ben Laden a eu 17 fils ? Parce que Hamza était le favori de son père, le plus proche et surtout le plus embrigadé. Mais surtout, parce qu’il est en passe de faire renaître de ses cendres, Al Qaïda, l’organisation terroriste créée par son père. On imaginait, à tort, balayée par la guerre en Irak et en Afghanistan.

En 2001, Hamza, 12 ans, vit en Afghanistan avec sa famille, mais déjà, il s’entraîne avec les combattants d’Al Qaïda. Il apparaît dans des vidéos à côté de son père, ou seul, prêchant le jihad. Craignant les représailles américaines, Oussama Ben Laden décide d’expédier Hamza, sa mère et quelques proches, à l’abri, à Téhéran, fin 2001. C’est là, en vase clos, derrière une rangée de barbelés et de hauts murs, et sous surveillance constante des autorités iraniennes que le jeune homme va grandir, dans une éducation islamique très stricte, tout en gardant le contact avec son père, réfugié dans la grotte de Tora Bora. En 2010, à 21 ans, il se marie avec la fille d’un de ses conseillers qui lui donne une fille et un fils. Mais son nouveau statut de chef de famille ne l’empêche pas de vouloir rejoindre son père qui a trouvé refuge au Pakistan à Abottabad. Son frère aîné l’a déjà rejoint et Hamza brûle de faire de même. Mais le père a une autre idée en tête.

À la faveur d’un échange de prisonniers, début 2011, Hamza et sa famille sont libérés par les autorités iraniennes. Oussama Ben Laden conseille à son fils de se réfugier au Qatar, le pays de la chaine Al Jazira, où Hamza pourrait faire office de porte-parole d’Al Qaïda. Craignant une extradition vers les Etats-Unis, Hamza Ben Laden ira se mettre au vert au Waziristan, dans ces zones tenues par les Talibans entre le Pakistan et l’Afghanistan. En attendant de filer rejoindre son père. En avril 2011, Hamza est prêt à partir au Pakistan, mais alors qu’il est déjà est en route, le 2 mai, Oussama Ben Laden est abattu dans sa résidence. Hamza Ben Laden disparaît alors dans la nature, jusqu’à sa réapparition dans une cassette à l’été 2016. Il se présente comme le nouveau lion d’Al Qaïda et appelle au jihad partout dans le monde occidental. Depuis le printemps dernier, il figure sur la liste des terroristes les plus recherchés. Il ne va pas être facile de lui mettre la main dessus, puisque sur la dernière photo de lui dont on dispose, il avait 12 ans.  

Anne Laubies, préfète déléguée de Saint-Martin, répondant à la presse le 8 septembre 2017.
Anne Laubies, préfète déléguée de Saint-Martin, répondant à la presse le 8 septembre 2017. (LIONEL CHAMOISEAU / AFP)