Le vrai du faux numérique, France info

Non, ce bâtiment en forme d'escarpin n'est pas une église

Des dizaines de médias à travers ont relayé cette histoire : pour attirer les femmes, une église en forme d'escarpin géant va ouvrir ses portes à Taïwan. C'est faux.

Radio France

Mis à jour le
publié le

(Des dizaines de médias affirment que ce bâtiment est une église © Capture d'écran)

Il faut dire que le nom donné à la structure peut prêter à confusion. Le bâtiment qui devrait être inauguré à l'occasion du nouvel an chinois le 8 février prochain près de la ville balnéaire de Budaï a été baptisé "l'église de Cendrillon". Et d'après ce qu'on peut en lire depuis quelques jours dans des dizaines d'articles, si ce bâtiment en forme d'escarpin géant a été construit, c'est pour attirer les femmes à l'église. D'où une avalanche d'accusation de sexisme sur les réseaux sociaux. 

Sauf que... 

Il ne s'agit absolument pas d'un bâtiment religieux. La Southwest Coast National Scenic Area, agence de développement de la région concernée et commanditaire du projet pour 23 millions de dollars, est formelle : il n'y a pas de croix, pas de messes prévues, etc. Il s'agit en fait d'une sorte d'attraction touristique pour les étrangers de passage. Au-delà du nom de ce bâtiment, la confusion vient sans doute de la volonté affichée par cette agence taïwanaise d'y "organiser, peut-être un jour, des mariages pour les touristes ".

Mais pourquoi un escarpin géant ?

Les commanditaires expliquent qu'il s'agit en fait d'un momument commémoratif. Dans les années 50, l'eau de la zone était polluée à l'arsenic, entraînant l'apparition de ce que les médecins ont appelé "la maladie du pied noir". Les cas de gangrènes liés à cette pollution ont abouti à des centaines d'amputations des pieds. L'escarpin se veut donc comme un hommage à ces "nombreuses femmes qui ont perdu leur rêve de pouvoir marcher sur un tapis rouge de mariage sur des hauts-talons ", explique l'autorité taïwanaise. 

(Des dizaines de médias affirment que ce bâtiment est une église © Capture d'écran)