Le mot de l'éco, France info

Le mot de l'éco. Télétravail

Le gouvernement veut encourager le télétravail et lui donner un cadre juridique clair.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Isabelle ChailloufranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Deux Français sur trois aimeraient télétravailler mais les DRH sont encore réticentes.
Deux Français sur trois aimeraient télétravailler mais les DRH sont encore réticentes. (GETTY IMAGES)

2 Français sur 3 aimeraient télétravailler

Ce n' est pas le sujet qui a suscité le plus de débats dans la réforme du code du travail. Et pourtant, le télétravail  est bien au menu des ordonnances qui ont été dévoilées avant hier. Le gouvernement a voulu lui  donner un cadre juridique plus sûr.  

Travailler de chez soi,  de façon occasionnelle ou régulière : les deux tiers des salariés français voudraient  pouvoir le faire. Mais d’après les chiffres donnés par Muriel Penicaud, seuls 17 % des salariés télétravaillent plus d'une journée par semaine. Et parfois de façon très informelle. Car les règles qui encadrent le télétravail n'ont pas été modifiées depuis 12 ans.

Aujourd'hui, le  télétravail repose sur l’accord de l’employeur. Il doit être prévu par le contrat de travail ou par un  avenant à ce contrat qui  en précise les conditions. Dans ce cadre, c'est  à l’employeur de prendre en charge, les coûts liés au élétravail. Par exemple, un abonnement téléphonique ou internet.

Une pratique peu développée

D'abord par manque de règles juridiques adaptées sur plusieurs questions comme la sécurité au travail, les rapports hiérarchiques, le droit à la déconnexion, le temps de travail… Selon les entreprises, les secteurs d'activité, la pratique relève donc du cas par cas. Et puis il y a aussi une question de mentalité, car si le télétravail est plébiscité par les salariés, les  DRH sont souvent assez réticentes.

L’année dernière, la loi El Khomri avait débouché sur une concertation entre syndicats et patronat sur ce sujet. Elle a abouti à une sorte d'état des lieux du télétravail. Partant de ce constat, l’actuel gouvernement a décidé d'aller plus loin en modernisant le cadre juridique.    

Un cadre juridique plus sûr

Daux nouveautés pour un cadre juridique plus sûr. Une inversion d'abord.  Aujourd’hui, le salarié doit demander à l’employeur s’il peut faire du télétravail. Demain, c’est l’employeur qui devra faire la preuve que ce n’est pas possible. Et puis, deuxième nouveauté. Et qui ne plait pas forcement au patronat : les accidents du travail seront désormais pris en compte de la même façon que s'ils avaient lieu dans l’entreprise. Deux nouveautés qui ne font évidemment pas une révolution, mais peut être une incitation.

Les syndicats, et la CGT notamment, voudraient surtout  des garde-fous pour les salariés. Un récent rapport de l’Organisation Internationale du Travail constate que les salariés qui télétravaillent sont plus productifs. Mais il y a aussi des effets pervers : une plus grande porosité entre vie privée et vie professionnelle susceptible d'engendrer "un haut niveau de stress".

Deux Français sur trois aimeraient télétravailler mais les DRH sont encore réticentes.
Deux Français sur trois aimeraient télétravailler mais les DRH sont encore réticentes. (GETTY IMAGES)