Le mot de l'éco, France info

Le mot de l'éco. Le Code du travail n’est pas le premier frein à l’embauche

Qu’est-ce qui empêche les entreprises françaises de recruter ? L’Insee s’est penché sur cette question à travers une vaste enquête publiée cette semaine.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoIsabelle ChaillouRadio France

Mis à jour le
publié le

Un avocat tient un code du travail, à Quimper (Finistère).
Un avocat tient un code du travail, à Quimper (Finistère). (FRED TANNEAU / AFP)

Qu’est-ce qui empêche les entreprises françaises de recruter ?

L’Insee s’est penché sur cette question à travers une vaste enquête publiée cette semaine. Alors que les concertations entre les partenaires sociaux et le gouvernement se poursuivent, cette étude arrive à point nommé pour éclairer le débat sur la réforme du Code du travail. 

D’après cette étude de l’Insee, le Code du travail n’est pas le premier frein à l’embauche mentionné par les entreprises. La lourdeur, la complexité du droit du travail sont pourtant les arguments mis en avant pour motiver la réforme en cours.

L’idée sous-jacente étant que la relance de l’emploi passe nécessairement par une plus grande flexibilité pour les entreprises. La réforme du Code du travail s’articule autour de trois grands axes : étendre la possibilité pour les entreprises de recourir à des accords internes pour mieux s'adapter aux fluctuations d'activité, simplifier le dialogue social et plafonner les dommages et intérêts aux prud'hommes.

10 000 entreprises interrogées

C’est donc dans ce contexte que l’Insee vient de publier une étude, très fouillée, menée sur les six derniers mois.
L'Institut National de la Statistique et des Études Economiques a en effet interrogé près de 10 000 entreprises, dans tous les secteurs (services, industrie, bâtiment...) pour savoir quels sont les principaux freins à l’embauche de salariés en CDI et en CDD de longue durée. Et le premier constat que fait cette étude, c'est que près de 30% des entreprises expliquent avoir des difficultés à recruter. Et surtout près de la moitié d'entre elles (47%) disent être confrontées à des barrières qui les empêchent d'embaucher.

Première barrière à l’embauche : l’incertitude économique

Pour 28% des entreprises, c'est en effet le manque de visibilité sur leur carnet de commande, sur l’évolution de leur activité dans les mois à venir, qui les rend réticentes à embaucher.
Deuxième cause mise en avant : les problèmes de main d'œuvre. 27% des entreprises disent avoir des difficultés à trouver du personnel qualifié. Un constat que font particulièrement les entreprises du BTP.
Ensuite, la troisième cause : c'est le coût du travail. Les cotisations sociales et le niveau des salaires sont un frein à l’embauche pour 23% des entreprises.

Quant au Code du travail et aux barrières liées à la règlementation, ce motif n’arrive qu’en quatrième position des freins à l’embauche. Il est mentionné par 18% des entreprises qui évoquent notamment les risques juridiques autour du licenciement mais aussi les incertitudes liées aux changements de législation. 

Un avocat tient un code du travail, à Quimper (Finistère).
Un avocat tient un code du travail, à Quimper (Finistère). (FRED TANNEAU / AFP)