Le décryptage éco, France info

L’attentat de Côte d’Ivoire peut-il déstabiliser son économie ?

Trois jours de deuil national ont été décrétés en Côte d’Ivoire après l’attaque terroriste dans la station balnéaire de Bassam, où quinze civils civils ont perdu la vie.

--'--
--'--
Radio France

Mis à jour le
publié le

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

C’est l’une des questions qui est dans toutes les têtes ce matin et dans celle du président de la République qui a déclaré hier, "Nous ne permettrons pas que des terroristes freinent notre marche vers l’émergence économique" . Cette émergence se dessine très nettement dans les chiffres ivoiriens, avec l’un des taux de croissance les plus forts au monde, plus 8% cette année, autant l’année précédente, un cycle exceptionnel de croissance s’est ouvert en 2012 dans ce pays de 23 millions d’habitants qui est aujourd’hui dans le top 10 des économies africaines les plus performantes. Cette promesse d’émergence se lit aussi dans les rues de la capitale, Abidjan, où j’étais il y a quelques mois, on peut voir clairement que les investisseurs étrangers sont là, pour ne parler que des Français, on trouve des enseignes comme la Fnac, Décathlon, Carrefour, Orange sont bien présentes. Le groupe Bouygues l’est aussi. Les Chinois sont aussi bien positionnés. Ce sont des signes tangibles qui montrent qu’après la longue et terrible guerre civile de 10 ans qui avait fait plus de 3.000 morts, la Côte d’Ivoire est engagée dans une phase très active de rattrapage. 

Cette économie ivoirienne peut-elle résister aux tensions ?  

La Côte d’Ivoire a au moins trois atouts :

1 – C’est la seule économie de l’Ouest africain qui exporte plus qu’elle n’importe, sa balance commerciale est positive. La côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de cacao, le secteur fait vivre près d’un quart de la population grâce à la bonne tenue des cours internationaux.

2 – Le climat des affaires s’est nettement amélioré, des textes et des lois ont été votées pour rentre plus attractifs les investissements. Et un vaste programme de travaux d’infrastructures a été lancé pour moderniser le plus vite possible le pays. Ce sont des éléments positifs.

3 – Il y a une vitalité exceptionnelle dans ce pays puisque 78% de la population a moins de 35 ans. Si cette vitalité est bien canalisée, alors la croissance démographique peut être un autre formidable atout pour le développement du pays.

Mais il y a désormais le défi du terrorisme…  

Oui, et il faut reconnaître que les terroristes ont choisi très habilement leur cible : en frappant la station balnéaire de Bassam, ils ont touché l’un des lieux privilégiés des expatriés. Cela se lit d’ailleurs dans le bilan des victimes, il y a des ressortissants français, allemands, libanais, notamment ont aussi été touchés. Il y a 15.000 Français en Côte d’Ivoire, nombre d’entreprises étrangères ont envoyé des cadres, et on peut penser légitimement que les entreprises vont désormais y réfléchir à deux fois. Mais pour contrer les tensions qui restent persistantes au sein de la population, la politique sécuritaire qui est déjà en train de mettre en place, ne réglera pas tout. Le président Ouatara doit poursuivre la réconciliation nationale, on est loin du compte, et s’attaquer à deux maux endémiques qui fragilisent le pays : la corruption dont le niveau reste préoccupant et le système éducatif dont les performances sont très médiocres. Le défi terroriste rend donc plus urgent encore les réformes dont pourraient bénéficier le pays

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)