Le débrief politique, France info

Le débrief politique. Soupçons d'emplois fictifs au FN : "L'objectif est de nuire à ma campagne", selon Marine Le Pen

Marine Le Pen accuse la justice de vouloir nuire à sa campagne, le voyage de Thierry Mariani embarasse François Fillon, les voeux de Jean-Luc Mélenchon. Tout ce qu'il ne fallait pas rater dans l'actualité politique du jeudi 5 janvier avec Yaël Goosz. 

00:00-00:00

audio
vidéo
logo
Yaël GooszfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La présidente du Front National, Marine Le Pen, à Paris le 4 janvier 2017.
La présidente du Front National, Marine Le Pen, à Paris le 4 janvier 2017. (ALAIN JOCARD / AFP)

Le coup de gueule de Marine Le Pen

Marine Le Pen n'aime pas quand des petits, peut-être des gros cailloux judiciaires, viennent gripper sa campagne. Elle était venue à sa convention pour parler entreprise, innovation, mais la candidate du FN a dû répondre sur le terrain des affaires : le parquet de Paris ouvre une information judiciaire sur des soupçons d'emplois fictifs concernant les assistants des eurodéputés frontistes au Parlement européen. "Je pense que l’objectif est de nuire à ma campagne présidentielle, s’est indignée Marine Le Pen. Mais la technique est tellement énorme que les Français auront compris à quoi sert toute cette agitation." Persécutée Marine Le Pen ? Il faudra qu'elle dissipe encore de nombreux nuages qui planent au-dessus de son parti : des emprunts russes non remboursés au financement des campagnes de 2012, en passant par le patrimoine des Le Pen en France et en Suisse. Plusieurs enquêtes en cours.

Une visite qui dérange François Fillon

La messe de Noël à Alep, le soutien aux Chrétiens persécutés, et sans doute à la clé une rencontre, dimanche 8 janvier, avec Bachar Al-Assad : le 3e voyage en Syrie du député Les Républicains Thierry Mariani dérange François Fillon. Car le député des Français établis hors de France est un soutien très actif du candidat Fillon à la présidentielle. L’équipe de campagne François Fillon a donc pris les devants : ce voyage n'est pas validé par le candidat, il est d’ordre personnel.

 Sylvia Pinel fidèle au PRG pour la primaire

Candidate à la primaire de la gauche, Sylvia Pinel a dévoilé son programme, très fidèle aux fondamentaux de son parti, le Parti Radical de Gauche : sur le cannabis, la PMA pour toutes les femmes, l'école obligatoire dès 3 ans, l'euthanasie... Son programme est très axé sur l'aide aux entreprises et le sérieux budgétaire. Elle tacle d’ailleurs, au passage, le laxisme de ses concurrents socialistes. "Quand on voit certaines propositions, je m’inquiète sur le dérapage de nos finances publiques et sur la nécessité de ne pas léguer aux générations futures un poids qui aurait été mal calibré", souligne Sylvia Pinel.

Manuel Valls invité sur France 2

Manuel Valls pourra répondre à Sylvia Pinel ce jeudi 5 janvier, puisqu’il est l’invité de l'Emission politique sur France 2. L'équipe Valls qui reste stoïque face au dernier sondage Harris Interactive qui le donne vainqueur au premier et au second tour de la primaire de la gauche. "On est content, mais ce n'est qu'un sondage", tempère l’un de ses soutiens.

Emmanuel Macron reprend la route

Emanuel Macron sort de trois jours de séminaire intensif sur son projet. Samedi 7 janvier, le candidat à la présidentielle sera en Auvergne. Il se rendra aussi la veille, vendredi, dans la Nièvre mitterrandienne où il abordera les questions de santé depuis l'hôpital Pierre Bérégovoy et tiendra un meeting à Nevers. Pour Emmanuel Macron, la France a le meilleur système de santé au monde, mais ce n'est pas le pays où l'on est le plus en bonne santé. Il propose de mettre l’accent sur la prévention (plus de médecine du travail et plus de médecine scolaire) sans donner de précision sur les chiffres. Le candidat Macron est donc loin, très loin, du Las Vegas de François Fillon - qui est au salon high-tech pour encourager les start-ups françaises. Un contraste voulu, et assumé. Désormais, Emmanuel Macron restera deux jours au minimum par déplacement. Un format retenu jusqu’au premier tour, et qui lui permet de montrer à la population qu’il prend le temps de l’écouter.

La primaire de la gauche vue par Macron 

Si Emmanuel Macron observe la campagne de la primaire de la gauche, c’est pour s’amuser du plagiat de ses idées : le "New deal" européen de Vincent Peillon, Arnaud Montebourg qui se proclame le candidat du travail, Manuel Valls et sa baisse de la CSG... "Ils picorent tous !", s'amuse un soutien d'Emmanuel Macron.

Les vœux de Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon présente ses vœux à la presse jeudi 5 janvier depuis son QG de campagne parisien. Lui aussi reprend la route : il sera au Mans mardi 10 janvier, et avant cela, dimanche, en meeting à Tourcoing, notamment pour dénoncer les conditions de travail dans la grande distribution. La primaire de la gauche ? Le candidat de la France insoumise zappe. Dans les colonnes du journal Le Monde, Jean-Luc Mélenchon s'appuie sur les sondages pour dire que désormais, comme le PS est classé 5e, et que les électeurs socialistes devront choisir entre Macron et lui. Terminé le PS, selon Jean-Luc Mélenchon !

La note du débrief

13, comme 13 degrés, le taux moyen d'alcool dans les bonnes bouteilles de Bordeaux. 13 sur 20 pour Alain Juppé, élu homme politique de l'année 2017, pas par les électeurs de la droite mais par la Revue du vin de France ! Il a été élu à l'unanimité pour son action au service de cette boisson qui s'exporte massivement à l'étranger. "Les hommes sont commes les vins, avec le temps les bons s’améliorent et les mauvais s’aigrissent. Que de sagesse !", plaisantait Alain Juppé le 31 mai 2016. Un Juppé 2017 millésimé, vin de garde, parce qu'il n'y aura pas de vendanges pour Juppé en 2022.

La présidente du Front National, Marine Le Pen, à Paris le 4 janvier 2017.
La présidente du Front National, Marine Le Pen, à Paris le 4 janvier 2017. (ALAIN JOCARD / AFP)