Le brief politique, France info

Le brief politique. Macron s'essaie au démarchage par téléphone, Le Pen à Dalida

Alors qu’approche l’heure du choix pour les 47 millions de Français inscrits sur les listes électorales, le candidat Macron démarche en ce moment ses éventuels soutiens sur leur… répondeur. Marine Le Pen, elle, s'est essayée à la chasnon

00:00-00:00

audio
vidéo
logo
franceinfoJulien LangletRadio France

Mis à jour le
publié le

.La Cnil déconseille clairement aux partis politiques d\'utiliser cette technique jugée \"particulièrement intrusive\". 
.La Cnil déconseille clairement aux partis politiques d'utiliser cette technique jugée "particulièrement intrusive".  (HENNING OTTE / DPA)

"Bonjour, c’est Emmanuel Macron. J’ai essayé de vous laisser un message, mais apparemment, vous êtes absent. Le dimanche 23 avril, c’est le premier tour de l’élection présidentielle et j’aimerais vous en parler personnellement." "Merci de prendre une minute de votre temps pour me rappeler."

Des millions de Français ont déjà reçu ce message sur leur répondeur téléphonique : au total, six millions d'appels seront ainsi passés du 18 avril au 21 avril, sur des numéros issus de l'annuaire public. Une démarche pour le moins originale du candidat d’En Marche !, qui devance en ce moment Marine Le Pen dans les sondages.

Cette campagne massive vient compléter la stratégie du candidat, avec 4 meetings en une semaine et 8 millions de tracts distribués.

La note du brief 

Nous avions donné mercredi une note d'encouragement à Marine Le Pen qui s'était essayée à l'humour sur le plateau du TF1. Attribuons lui aujourd’hui une note de découragement : un 5/20 pour dissuader les tentatives éventuelles d’autres candidats de s’essayer à la chanson, après celle, hasardeuse, de Marine Le Pen. Que nous vous laissons écouter :

Marine Le Pen chante Dalida

00:00-00:00

audio
vidéo

.La Cnil déconseille clairement aux partis politiques d\'utiliser cette technique jugée \"particulièrement intrusive\". 
.La Cnil déconseille clairement aux partis politiques d'utiliser cette technique jugée "particulièrement intrusive".  (HENNING OTTE / DPA)