Le brief politique , France info

Le brief politique. François Fillon, retour sur scène en janvier

En cette fin d'année 2016, le brief politique dresse un état des lieux des principaux candidats à l'élection présidentielle. Lundi, focus sur François Fillon.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoAnne-Laure DagnetRadio France

Mis à jour le
publié le

François Fillon, le 15 décembre 2016, à Bruxelles (Belgique)
François Fillon, le 15 décembre 2016, à Bruxelles (Belgique) (THIERRY CHARLIER / AFP)

Pour la dernière semaine de l'année 2016, le brief politique dresse un état des lieux des principaux candidats à l'élection présidentielle. Lundi, focus sur l'actuel favori : François Fillon. Selon un sondage Ifop pour le Journal du dimanche paru le 17 décembre, 55% des Français estiment que l'ancien Premier ministre remportera l'élection en mai prochain. 

La discrétion avant le grand retour

Depuis début décembre, François Fillon se fait discret. Son pari ? Que "tout se cristallisera dans le dernier mois de la campagne" et qu’il faudra "être en forme à ce moment-là", confiait-il à Paris Match le 22 décembre lors d'un déplacement au Mali.

Son retour sur le devant la scène est prévu le 3 janvier au journal de 20 heures de TF1. Il s'envolera le 4 janvier pour Las Vegas (États-Unis) et son Consumer Electronic Show (CES), le plus grand salon mondial de la high-tech. 

Vers d'autres rétropédalages ?

"Je viens sérieusement casser la baraque pour la reconstruire", avait lancé François Fillon lors de la primaire de la droite. Le problème quand on veut casser la baraque, c’est l’effet boomerang. Un mois après sa victoire surprise, François Fillon a déjà reculé. Lui qui voulait réserver à la Sécurité sociale les remboursements pour les maladies graves, laissant le reste aux assurances privées, a dû rétropédaler.

D'autres mesures de son programme inquiètent. D'après un sondage Odoxa pour franceinfo paru le 23 décembre, 73% des Français sont contre la suppression du tiers payant généralisé, 62% sont contre sa proposition de supprimer 500 000 postes de fonctionnaires, 59% sont contre un rapprochement avec la Russie.

Mais François Fillon n'a pas l’intention de bouger. "J’ai fait une correction sur l’histoire de la Sécu (...) Mais si certains veulent croire que je vais bouger sur le reste, ils se trompent", a-t-il encore confié à Paris Match.

Il y aura d’autres polémiques et c’est très bien. C’est la preuve qu’on veut faire bouger les choses

François Fillon

à Paris Match

Le tacle adressé à Emmanuel Macron

Le 10 janvier, François Fillon présentera ses vœux à la presse et aux parlementaires depuis son nouveau QG,  près de la porte de Versailles. Un QG qu’il a voulu aussi "clair, moderne et ouvert" que celui qu'occupe Emmanuel Macron dans le 15e arrondissement de Paris. Car François Fillon regarde avec envie l'ex-ministre de l'Économie et sa récente montée dans les enquêtes d'opinion. "Macron, ça ressemble plus à du radicalisme des années 1950 qu’à de la radicalité", tacle l'ancien Premier ministre, toujours dans Paris Match.

La note du brief

Un 15/20 pour saluer la belle prise de guerre de Benoît Hamon. Le candidat à la primaire de la gauche enregistre le soutien de l’eurodéputé Edouard Martin, pourtant proche d'Arnaud Montebourg. Benoît Hamon "n’est pas le vilain gaucho qui est contre tout", explique l'ex-syndicaliste de Florange dans une interview au journal Libération.

François Fillon, le 15 décembre 2016, à Bruxelles (Belgique)
François Fillon, le 15 décembre 2016, à Bruxelles (Belgique) (THIERRY CHARLIER / AFP)