Le brief politique, France info

Le brief politique. Fillon réunit une dernière fois ses soutiens, Collard tente l’esbroufe

Le candidat malheureux au premier tour de l’élection présidentielle a réuni une dernière fois ses soutiens mardi à Paris et appelle de nouveau à faire barrage contre l’extrême droite. Gilbert Collard, lui, assure que Marine Le Pen est dans un état d'esprit "calme et serein".

00:00-00:00

audio
vidéo
logo
franceinfoJulien LangletRadio France

Mis à jour le
publié le

Gilbert Collard n\'a pas pris de gants pour décrire l\'état d\'esprit de sa candidate et provoquer son adversaire.
Gilbert Collard n'a pas pris de gants pour décrire l'état d'esprit de sa candidate et provoquer son adversaire. (THOMAS SAMSON / AFP)

François Fillon réunissait ces soutiens pour la dernière fois mardi 2 mai à la Maison de la Chimie, dans le 7e arrondissement de Paris. Des remerciements pour leur engagement dans la campagne et un nouvel appel à faire barrage à l'extrême droite : "Je demande à nos électeurs de faire preuve de bon sens", a ainsi déclaré François Fillon. Lequel a par ailleurs annoncé avoir porté plainte contre le Canard enchaîné, à l'origine des révélations sur les emplois présumés fictifs dont aurait bénéficié son entourage. 

La note du brief

L'entourage des deux candidats finalistes, lui, fait monter la tension avant le débat de ce mercredi soir à la télévision. Du côté du Front national, Gilbert Collard n'a pas pris de gants pour décrire l'état d'esprit de sa candidate et provoquer son adversaire.

Ainsi lui aurait-il suggéré quelques recommandations : "D’être dans son calme et son sourire habituels, et éventuellement d’apporter du sparadrap et du mercurochrome parce qu’il [Emmanuel Macron] a dit que s’il servait de punchingball, il partirait… Je veux le rassurer : Marine est dans un état d’esprit très serein, très calme…"

Cette phrase mérite à elle seule une très bonne note. Un 20/20 en esbroufe : d'abord parce qu’Emmanuel Macron, ni même un de ces soutiens, n'a jamais dit ça, ensuite parce que la zénitude de Marine Le Pen ne saute pas aux yeux. Elle et son équipe de campagne ont ainsi passé une bonne partie de la journée d'hier à tenter de justifier le plagiat d'un discours de François Fillon.

Gilbert Collard n\'a pas pris de gants pour décrire l\'état d\'esprit de sa candidate et provoquer son adversaire.
Gilbert Collard n'a pas pris de gants pour décrire l'état d'esprit de sa candidate et provoquer son adversaire. (THOMAS SAMSON / AFP)