Le brief politique , France info

Le brief politique. En janvier, Marine Le Pen accélère

La présidente du Front national prévoit de multiplier les déplacements en janvier, avant les assises présidentielles du parti début février.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoJulien LangletRadio France

Mis à jour le
publié le

Marine Le Pen, le 9 décembre 2016, à Paris
Marine Le Pen, le 9 décembre 2016, à Paris (MARTIN BUREAU / AFP)

Des vœux à la presse dès le 4 janvier dans son QG parisien, à deux pas de l'Élysée, suivis d'une dernière convention thématique sur l'économie : Marine Le Pen s'apprête à accélérer sa campagne en vue de l'élection présidentielle de 2017. La patronne du Front national prévoit huit à dix déplacements en janvier partout en France, parfois conclus par des meetings, afin d'illustrer différents thèmes de campagne. Un ou deux déplacements à l'étranger sont mêmes envisagés.

Les 4 et 5 février se tiendront à Lyon les assises présidentielles du FN, destinées à adouber sa candidate et à faire taire les dissensions, au moins le temps de la campagne. Ce n'est pas gagné. Mercredi 21 décembre, Marion Maréchal Le Pen en a remis une couche sur l'IVG, lors d'une interview sur France 3, juste avant la dernière séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale : elle a rappellé son opposition au remboursement intégral... avant de reconnaître qu'il "n'était peut-être pas extrêmement judicieux" de mettre ce sujet "clivant et tabou" sur "le devant de la scène" pendant la campagne.

La note du brief

C'est une mauvaise note pour Jean-Marie Le Pen. Lors d'une émission sur Facebook du Figaro, consacrée au QG de campagne du président d'honneur du Front national pour les élections législatives, le journaliste lui déclare : "Vous avez parfois eu des mots durs contre la représentation des homosexuels au FN". Ce à quoi Jean-Marie Le Pen répond : "Les homosexuels, c'est comme le sel dans la soupe. S'il n'y en a pas du tout, c'est un peu fade. S'il y en a trop, c'est imbuvable." La rédaction du Figaro a décidé de retirer la vidéo de son site.

Marine Le Pen, le 9 décembre 2016, à Paris
Marine Le Pen, le 9 décembre 2016, à Paris (MARTIN BUREAU / AFP)