Le brief éco, France info

Le brief éco. Publicité numérique : Altice-SFR la joue américaine

Le groupe Altice rachète une start-up spécialisée dans la vidéo publicitaire sur nternet. Une prise stratégique.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoEmmanuel CugnyRadio France

Mis à jour le
publié le

 Patrick Drahi, patron du groupe Altice, à la commission des affaires économiques du Sénat, le 8 juin 2016.
Patrick Drahi, patron du groupe Altice, à la commission des affaires économiques du Sénat, le 8 juin 2016. (MAXPPP)

Le patron du groupe Altice, propriétaire de SFR, frappe encore un grand coup. Patrick Drahi met la main sur une start-up spécialisée dans la vidéo publicitaire sur internet. Une prise stratégique. C’est un pas supplémentaire franchi dans le développement du groupe. Plus qu’un rêve, c’est l’aboutissement d’une stratégie murement réfléchie, et qui permet à l’homme d’affaires de réaliser pleinement son ambition de diriger un groupe de média, de communication et de télécommunications global. Global ! Le mot est important car il explique la finalité de l’opération.

Cette entreprise s’appelle Teads. Présente dans 20 pays, elle emploie 500 personnes. C’est le numéro un mondial de la vidéo publicitaire. Patrick Drahi la rachète pour plus de 280 millions d’euros. Une société créée en 2005 notamment par Pierre Chappaz, pionnier du web en France. C’est lui qui a revendu le site comparateur de prix Kelkoo à Yahoo ! Teads a conçu un algorithme qui permet d’intercaler des publicités vidéo dans les articles en lignes des média numériques. Des publicités qui gênent le moins possible le lecteur mais n’échappent pas à l’œil de ce dernier.

Passer la vitesse supérieure

Pour le groupe Altice, c’est l’occasion de passer la vitesse supérieure, alors qu’il a déjà un maillage médiatique important. C'est justement ce maillage qui va être mis à profit. La nouvelle entité offrira un outil identique à celui des Gafa (Google, Amazon, Facebook et Apple) pour mieux connaître sa clientèle, mieux la cibler et lui proposer les bons produits qui lui conviennent au bon moment.

Altice, c’est SFR mais aussi des chaînes de télévision, des journaux (Libération), des magazines (L’Express). L’idée est d’offrir à tous les médias du groupe une plateforme commune qui recoupe et analyse les données des abonnés de SFR, de BFMTV, etc. Pour les monétiser, les transformer en argent sonnant et trébuchant : la vente de contenus est rentabilisée par la publicité. Détail important, Teads compte pour clients le Washington Post, le Daily Mail, Time, etc. De quoi combler l’appétit de l’ogre médiatique Drahi.

Soif de développement

Nous ne sommes qu’au début de ce mouvement de synergies entre contenus, médias et publicités, sources de revenus inépuisables pour les opérateurs qui auront su s’imposer au moment opportun. Ce qu’est en train de réaliser l’homme d’affaires franco-israélien. La limite de l'exercice, c'est évidemment notre vie privée. Un côté "Big Brother" qui peut inquiéter et qui demande une vraie régulation. Mais la régulation, la France sait faire, avec le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel), l'Arcep (gendarme des télécoms), notamment.

 


Patrick Drahi, patron du groupe Altice, à la commission des affaires économiques du Sénat, le 8 juin 2016.
Patrick Drahi, patron du groupe Altice, à la commission des affaires économiques du Sénat, le 8 juin 2016. (MAXPPP)