Le 17 / 20 numérique, France info

Comment Stephen Hawking a-t-il survécu à une maladie qui aurait dû le tuer il y a plus de quarante ans ?

Atteint d'une maladie dégénérative, la sclérose latérale amyotrophique (SLA) diagnostiquée depuis l'âge de 21 ans, le génial physicien défie tous les pronostics médicaux.

Radio France

Mis à jour le
publié le

(©)

Le 20 avril 2009, ce moment prédit depuis des décennies par les médecins aurait dû arriver. Stephen Hawking, ce scientifique qui a vaincu une maladie dégénérative pour devenir le physicien vivant le plus célèbre du monde, était sur le point de mourir de sa sclérose latérale amyotrophique (SLA) découverte à l'âge de 21 ans. Décrit comme "très malade" , il devait subir des tests à l'hôpital. Les médias étaient prêts à publier sa nécro. Mais, comme à son habitude, Hawking a survécu comme le raconte le Washington Post. Hawking ne devrait plus être de ce monde, à 73 ans, Il ne devrait pas être en mesure de livrer des méditations sur l'existence de Dieu, ni de s'inquiéter de l'intelligence artificielle ou de la capacité de l'humanité à l'autodestruction ou de regarder le biopic récent qui lui rend hommage au cinéma : "Une merveilleuse histoire du temps ". Et pourtant, il le fait.

Une grande capacité de survie et une longévité improbable

Il n'est pas besoin d'exagérer la dangerosité de la SLA car à n'importe quel moment, un fléchissement musculaire peut lui enlever la capacité d'avaler et même de respirer. La sclérose latérale amyotrophique ou maladie de Charcot correspond à l'atteinte des neurones moteurs situés dans la corne antérieure de la moelle et les noyaux moteurs des derniers nerfs crâniens. La durée de vie moyenne d'une personne diagnostiquée se situe ainsi entre deux et cinq ans. Seul un cas sur deux passe les trois ans, 20% les cinq ans. Après, les statistiques s'effondrent, moins de 5% survivent deux décennies. Et puis il y a Hawking. Sa capacité de survie est si grande que certains experts disent qu'il ne peut absolument pas avoir la SLA tant sa longévité est improbable. D'autres disent qu'ils n'ont tout simplement jamais vu un cas comme Hawking.

"Il est exceptionnel " explique Nigel Leigh, professeur de neurologie clinique au King College de Londres en 2002 : "Ce qui est inhabituel, ce n'est pas seulement la durée, mais que la maladie semble relativement stable. ... Ce type de stabilisation est extrêmement rare. " Un coup de chance? Ou la nature supérieure de son intelligence ? Personne n'est vraiment sûr. Mais généralement, l'apparition de la SLA se produit plus tard dans la vie, vers 50 ans. Les symptômes de Hawking sont apparus quand il était très jeune. Un diagnostic précoce qui lui donné la chance de survivre plus longtemps que ceux qui sont diagnostiqués beaucoup plus tard. Hawking lui aussi a une explication, son travail : "J'ai la chance de travailler en physique théorique, l'un des rares domaines dans lesquels le handicap n'est pas un handicap grave. " Une survie qui livre l'image la plus contrasté de la pop science : un Stephen Hawking atrophié, bouche bée et épaules affaissées, et pourtant, un esprit inégalé explorant les étoiles.

(©)