L'invité de 8h15, France info

Ukraine : sans feu vert de la Croix-Rouge, "il ne faut pas autoriser" le convoi russe "à passer" (Fabius)

Invité de France Info ce mardi matin, le ministre des Affaires étrangères a réagi avec fermeté à la décision de Moscou d'envoyer un convoi d'aide humanitaire en Ukraine. Laurent Fabius très sévère sur la passivité de l'Europe en Irak.

--'--
--'--
Radio France

Mis à jour le
publié le

(Laurent Fabius invité de France Info © RF/ Gilles Halais)

 "Il y a une règle dans ces opérations. Ce n'est possible qu'avec l'accord du pays dans lequel on envoie cette aide humanitaire et avec l'aide de la Croix-Rouge. Hors cette question n'est pas encore réglée. Il faut être extrêmement prudent car ce pourrait être une couverture pour les Russe pour pratiquer la politique du fait accompli" a déclaré Laurent Fabius. "Il y a des discussions avec la Croix-Rouge et cette opération n'est possible, n'est justifiable qu'à partir du moment où la Croix-Rouge aura donné son aval, où il n'y aura pas de forces militaires autour et où il n'y aura pas simplement les Russes mais d'autres. Et où l'Ukraine serait d'accord. Ce qui à l'heure où je parle, n'est pas le cas ". Et pour lui, "il ne faut pas les autoriser à passer".

A LIRE AUSSI ►►►  Moscou envoie un convoi d'aide humanitaire vers l'Ukraine

A LIRE AUSSI ►►► Fabius tacle Ashton sur l'Irak : "Quand il y a des gens qui crèvent, il faut revenir de vacances"

Laurent Fabius très sévère sur la passivité de l'Europe en ce qui concerne la nécessité d'envoyer une aide militaire en Irak :  "On peut rester comme ça et dire c'est désolant, on n'y peut rien. Mais telle n'est pas notre position. J'ai demandé à madame Ashton ( la Haute Représentante pour les Affaires étrangères) de réunir au plus vite le conseil des Affaires étrangères pour qu'on prenne au plus vite des décisions sur ce point. Et moi je redemande que ce soit fait d'urgence. Quand il y a des gens qui crèvent, il faut revenir de vacances."

"Quand il y a des gens qui crèvent, il faut revenir de vacances" (Laurent Fabius)
--'--
--'--
 

(Laurent Fabius invité de France Info © RF/ Gilles Halais)