L'invité de 8h15, France info

Crash du vol AH5017 : un tir de missile "est exclu" affirme Frédéric Cuvillier

Invité de France Info ce vendredi matin, le secrétaire d'Etat aux Transports est resté prudent sur les causes du crash même s'il exclut l'hypothèse d'un tir de missile. Il évoque plutôt une "succession d’événements" et notamment météorologiques.

--'--
--'--
Radio France

Mis à jour le
publié le

(Frédéric Cuvillier, secrétaire d'Etat aux Transports, invité de France Info © Radio France / Cécile Mimaut)

 "Le fait d'avoir retrouvé l'épave rapidement est une réalité décisive pour la suite de l'enquête. Les débris sont sur une zone concentrée. Ce qui pourrait indiquer que l'épave s'est écrasée au sol, qu'il n'y aurait pas eu d'explosion en vol " a expliqué Frédéric Cuvillier. Le secrétaire d'Etat aux Transports que l'hypothèse d'un tir de missile a été "exclue dès les premières heures ". Il revient donc aux conditions météo "particulièrement dégradées ". Mais "la météo n'amène pas des accidents de cette importance" . Donc "il peut y avoir eu une accumulation, une succession d'évènements qui aurait amené à ce drame atroce ".

"Y-a-t-il eu dans le même temps un problème technique?"

"Le fait que l'équipage ait choisi de changer d'itinéraire est assez classique. Mais c'est une réalité. Y-a-t-il eu dans le même temps un problème technique ou d'autres éléments explicatifs, nous le saurons très vite parce que la zone va être sécurisée par les Français pour préserver les indices et permettre de récupérer dans les meilleurs délais les boites noires. Il y a aussi un témoignage sur des odeurs de kérosène, ce qui voudrait dire qu'il n'aurait pas été disloqué. Autant d'indices qui amèneront à préciser assez rapidement je crois les conditions de cet accident dramatique" assure Frédéric Cuvillier.

(Frédéric Cuvillier, secrétaire d'Etat aux Transports, invité de France Info © Radio France / Cécile Mimaut)