L'interview politique, France info

Terrorisme : Hervé Mariton réclame "la dissolution des mouvements salafistes"

Invité de France Info, Hervé Mariton, député LR de la Drôme et candidat à la primaire de la droite, a réclamé "la dissolution des mouvements salafistes". Il dénonce "la naïveté" des pouvoirs publics.

--'--
--'--

Mis à jour le
publié le

(Hervé Mariton invité de France Info ce lundi © Thibault Camus/AP/SIPA)

Hervé Mariton, député LR de la Drôme, candidat à la primaire de la droite, déclare sur France Info que "l'Etat a beaucoup de retard " en matière de terrorisme. "Je souhaite qu'il y ait des mesures très concrètes qui ne sont pas venues pour l'instant. La dissolution des mouvements salafistes. A l'égard du salafisme les pouvoirs publics ont fait preuve d'une extrême naïveté. "

Le député LR de la Drôme réagit à la déclaration de Patrick Kanner selon laquelle une centaine de quartiers français seraient des petits Molenbeek. "Patrick Kanner dit des choses qui sont justes. Il a le mérite d'un diagnostic lucide sur une situation réellement dangereuse. "

Si Hervé Mariton rappelle qu'il "ne faut pas d'amalgame, tous nos concitoyens musulmans n'ont pas les penchants vers le salafisme et le terrorisme ". Il insiste sur le fait que le menace existe et que "les quartiers sortis de tout contrôle existent ".

Bracelet électronique

Récemment, Hervé Mariton, député LR de la Drôme, candidat à la primaire de la droite, a mis en avant le fait que l'on pourrait utiliser des bracelets électroniques pour les demandeurs d'asile en attente d'une réponse. "Il s'agit d'une régulation des mouvements d'asile ", précise-t-il.

"L'asile est une valeur fondamentale de la République. Quand une personne a le droit d'asile elle est tout à fait libre dans la République, tant qu'elle n'a pas bénéficié du droit d'asile, il est important que l'on sache où elle se trouve ." "Je souhaite que les demandes de droit d'asile soient traitées beaucoup plus rapidement qu'elles ne le sont actuellement. "

Les Français n'ont pas "envie de revoir Nicolas Sarkozy"

Concernant la primaire de la droite, Hervé Mariton a estimé que la difficulté principale de sa campagne "c'est de se faire entendre ", pas d'obtenir des parrainages.

Par ailleurs, le député LR de la Drôme estime qu'une grande partie des Français ne veut plus de Nicolas Sarkozy. "C'est une évidence. Sur le terrain, des personnes qui ont très envie de revoir Nicolas Sarkozy je n'en vois pas beaucoup. "

Pour Hervé Mariton, "il faut trouver autre chose " et cette autre chose, c'est lui. "Je l'incarne avec un projet très vigoureux. "

"Les Français ne veulent pas de François Hollande et des socialistes qui ont tragiquement échoué. Ils n'ont pas voulu de Nicolas Sarkozy, mais c'est trop facile de tout lui mettre sur les épaules. Ils n'ont pas voulu de l'échec de 2012. Ils veulent autre chose. "

(Hervé Mariton invité de France Info ce lundi © Thibault Camus/AP/SIPA)