L'interview politique, France info

Ségolène Royal : "N'anticipons pas un échec du vote des parlementaires" sur la réforme du travail

La ministre du Travail n'exclut pas de recourir au 49-3 pour son projet de réforme du droit du travail, pour Ségolène Royal, ministre de l'Environnement, "si le projet est bien co-construit notamment avec les parlementaires, il doit être voté". Sur le dossier Notre-Dame-des-Landes, elle précise que "le Premier ministre qui pilote en direct ce sujet. Je viens là en appui, en aide".

--'--
--'--

Mis à jour le
publié le

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

La ministre du Travail Myriam El Khomri n'exclut pas de recourir à l'article 49-3 pour faire passer son projet de réforme du droit du travail. Ségolène Royal a estimé, jeudi sur France Info, que "si le projet est bien co-construit notamment avec les parlementaires, il doit être voté. N'anticipons pas un échec du vote des parlementaires ."

"On voit bien qu'il faut relancer la croissance économique et le dynamisme des entreprises. Les 35h ont déjà été adaptées. Ce qu'il faut rechercher c'est à la fois la sécurité des salariés, la protection des droits acquis et des acquis sociaux et en même temps la souplesse des entreprises. Il n'y a pas de tabous ", a estimé la ministre de l’Environnement, de l'Energie et de la Mer et présidente de la COP21. Ségolène Royal a insisté sur le fait que "les entreprises, qui sont des jeunes pousses, ont besoin de beaucoup de souplesse. Il faut de la modernité. Nous travaillons en équipe pour qu'on puisse inventer le futur avec des règles contemporaines qui prennent en compte la réalité de la situation économique et des mouvements économiques de la société ."

Notre-Dame-des-Landes : "Le Premier ministre pilote en direct ce sujet, je viens là en appui"

Ségolène Royal a commenté l'interview de Manuel Valls dans Ouest-France qui indique que le projet de Notre-Dame-des-Landes doit être lancé en octobre et définit le périmètre de la consultation locale. "Le Premier ministre a choisi le périmètre du département de Loire-Atlantique. Donc c'est le choix du Premier ministre qui pilote en direct ce sujet. Je viens là en appui, en aide, je facilite le dialogue entre les parties prenantes" , a expliqué Ségolène Royal.

 "Il faut maintenant clarifier rapidement la situation. C'est l'objectif de cette consultation que a annoncée le président de la République pour sortir de cette situation de conflit qui n'a que trop duré ", a estimé Ségolène Royal. "Depuis trois ans, je plaide pour une consultation locale, pour que chacun puisse prendre connaissance des enjeux. Les problèmes complexes appellent des réponses nuancées et pas des oui ou non. Il faut faire preuve de diplomatie ." François Hollande a parlé de référendum local, mais Ségolène Royal parle de consultation. "Là, il s'agit d'un référendum dans le sens où les gens viennent voter, mais au sens juridique c'est une consultation" .

Le Quai d'Orsay, "la proposition m'avait été faite. Ensuite, il y a eu d'autres considérations "

Ségolène Royal a déclaré que le ministère des Affaires étrangères lui avait été proposé en vue du remaniement de la semaine dernière mais que "d'autres considérations " ont été prises en compte. "Je suis une femme d'Etat donc je sers là où on me demande de servir. C'est vrai que cette proposition m'avait été faite et que je l'avais acceptée. Ensuite, il y a eu d'autres considérations, qui sont celles de l'efficacité de l'équipe, d'autres enjeux, que j'ai parfaitement compris ", a-t-elle commenté. 

Rester au ministère de l'Environnement va lui permettre de continuer ce qu'elle a commencé. "Je suis très heureuse de continuer un travail considérable. Je suis à la tête du climat, de la COP21 et c'est une forte continuité de mon action et de mes résultats. Je ferai le maximum pour être à la hauteur de cette tâche magnifique qui m'incombe ", a ajouté Ségolène Royal.

"La politique a toujours été plus dure pour les femmes "

Dans le nouveau gouvernement, il n'y a aucune femme aux fonctions régaliennes. "C'est le sort de la vie politique. Etre dans un gouvernement ce n'est pas un droit, c'est un honneur" , a estimé Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l'Energie et de la Mer et présidente de la COP21.

"La politique a toujours été plus dure pour les femmes. Toujours. Il y a toujours eu ce procès dans l'incompétence. C'est un combat ", a commenté la ministre. "Quand on a eu la chance de servir dans un gouvernement, même si c'est très difficile d'en sortir, on ne dit rien. On affronte la difficulté, on accepte la démocratie et le jeu politique. Quand on a été au plus haut niveau des responsabilités de l'Etat on rebondit ". Ségolène Royal a pour philosophie : "un échec est toujours l'ouverture d'autres possibles. Toujours. Donc il faut toujours se positionner positivement. Les femmes ont un ressort intérieur qui leur permet de rebondir ."

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)