L'interview politique, France info

Marion Maréchal-Le Pen dénonce le "florilège de crapules" UMP dans l'Essonne

Invitée ce mardi matin de France Info, la députée FN a réagi à la polémique autour de déclarations racistes de candidats FN aux élections départementales.

--'--
--'--

Mis à jour le
publié le

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

"Nous avons 7648 candidats et la presse, avec tout le zèle qu'on lui connaît, et en particulier Libération, a trouvé onze candidats. Ça fait 0,1% de problèmes donc  99,99 % d'absence de problème candidats donc moins je veux bien qu'on soit dans une totale malhonnêteté intellectuelle mais il faut remettre les choses à leur place. De surcroît, ces candidats ont été immédiatement sanctionnés, on aimerait bien que l'UMP et le PS  en fassent autant pour les condamnations beaucoup plus graves que l'on peut trouver à l'égard de leurs élus " a déclaré Marion Maréchal Le Pen. Et la députée FN du Vaucluse de dénonce le "florilège de crapules " UMP qui se présente dans l'Essonne. Et cite Georges Tron et Serge Dassault.

A LIRE AUSSI ►►► Départementales 2015 : le FN rattrapé par ses candidats racistes

Assistants FN : "Martin Schulz a appliqué les ordres de Manuel Valls"

Elle a aussi attaqué le Premier ministre qui a dit craindre ce dimanche l'élection de Marine Le Pen à la présidentielle de 2017 : "Qui paie les déplacements de Manuel Valls, qui fait son boulot?". Elle voit aussi la main du Premier ministre derrière les soupçons de fraude du président du parlement européen dans l'affaire des assistants FN "Monsieur  *Shulz, qui est un militant politique, a appliqué à la lettre les ordres de monsieur Valls qui hier expliquait qu'il fallait que les élites se mobilisent contre le

Front national. C'est de l'acharnement politique, évidemment, en période électorale."*

Enfin Marion Maréchal-Le Pen n'exclut pas des accords avec l'UMP au troisième tour des départementales, autrement dit pour l'élection des présidents des assemblées. "L'UMP pourra difficilement faire l'inverse dans un certain nombres de cas..."

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)