L'interview politique, France info

Législative dans le Doubs : Bruno Le Maire dit "non au front républicain"

Le FN est arrivé en tête dimanche de la législative partielle dans le Doubs, devant le PS qui espère désormais bénéficier d'un front républicain pour le contrer. Pour Bruno Le Maire, député de l'Eure et ancien candidat à la présidence de l'UMP, "c'est un peu une solution de facilité" et il n'y est pas favorable.

--'--
--'--

Mis à jour le
publié le

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

L'UMP sera absent du second tour de la législative partielle dans le Doubs après un duo de tête FN/PS au premier tour dimanche

Pour Bruno Le Maire, cette élection "doit servir d'électrochoc pour l'UMP pour mesurer qu'il nous reste beaucoup de chemin à parcourir pour répondre aux problèmes et aux difficultés des Français ", explique-t-il. "Électrochoc pour qu'on se prépare encore mieux aux élections départementales et aux élections régionales qui seront sans doute plus difficiles que ce que nous avions prévu ", poursuit-il. "Électrochoc enfin pour que nous prenions la mesure de la menace politique que représente pour nous le Front national et que nous soyons plus offensif contre le Front national pour dénoncer un certain nombre de postures, de choix ", ajoute-t-il.

"Le front républicain est une manière de se défausser"

Mais pas question pour le député de l'Eure et ancien candidat à la présidence de l'UMP  de défendre l'idée d'un front républicain pour contre le FN au second tour de la législative partielle dans le Doubs.  "Je dis non au front républicain ", explique Bruno Le Maire, "parce que c'est un peu une solution de facilité, c'est une manière de se défausser, de ne pas chercher ses responsabilités ", estime-t-il. Bruno Le Maire qui observe aussi que "le front républicain est une façon de dire à tous les électeurs qui ont voté pour le Front national : 'Vous ne faites pas partie de la République' ", alors que "le rôle de l'UMP est de rassembler " autour d'une "certaine idée de la République ", explique-t-il. "Attention à ne pas apporter une réponse morale à un problème politique", prévient Bruno Le Maire pour qui "le Front national est un problème politique ".

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)