L'interview politique, France info

Karoutchi (LR) : "La déchéance, un concours Lépine du moi je veux ci ou ça"

Roger Karoutchi, sénateur Les Républicains des Hauts-de-Seine, invité de France Info jeudi, a regretté le manque d'unité au PS sur le projet de déchéance de nationalité et "attend de voir le texte pour le voter".

--'--
--'--

Mis à jour le
publié le

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Le sénateur Les Républicains (LR) des Hauts-de-Seine, Roger Karoutchi, était l'invité de France Info jeudi. Il est "pour" la déchéance de nationalité appliquée aux binationaux nés Français et condamnés pour des faits de terrorisme mais qu' "il ne sait pas s'il votera un texte" qu'il ne connaît pas". L'élu rappelle qu'il aurait préféré un référendum sur la question et dit regretter les divisions de la majorité présidentielle sur le projet.

"Le président et le Premier ministre nous annonce une réforme constitutionnelle. ils ne l'ont visiblement pas préparée avec leurs propres leaders politiques de gauche et le résultat des courses, c'est qu'aujourd'hui, c'est un concours Lépine du moi, je veux ci ou ça"

Roger Karoutchi ajoute qu'il "attendra de voir le texte" avant de trancher sur un vote. 

Ne pas faire "de promesses intenables " pendant la primaire

Interrogé sur le pacte républicain souhaité par Jean-Pierre Raffarin (LR) et accepté par Manuel Valls afin de lutter contre le chômage, le sénateur des Hauts-de-Seine a exprimé clairement son refus. 

"Non au pacte républicain, on a fait au Sénat des propositions, le gouvernement les a refusées " a-t-il déclaré ajoutant que "les tables rondes formelles pour être sur la photo, c'est non" .

L'année 2016 sera celle de la primaire à droite et au centre. Roger Karoutchi se dit persuadé que la consultation restera programmée "en novembre " et pas avant, malgré des demandes, à cause des impératifs d'organisation dans 10.000 bureaux de vote. La campagne, dans quelle ambiance ? 

Et le sénateur des Hauts-de-Seine de préciser que pendant la campagne de la primaire, il souhaite "beaucoup de choses concrètes, mais pas de promesses intenables".

 

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)