L'interview politique, France info

Cécile Duflot sur Rémi Fraisse : une "tache indélébile sur l'action du gouvernement"

"C'est très grave". La députée écologiste est en colère après la mort ce week-end d'un jeune militant opposé au projet de barrage de Sivens. Elle met en cause les forces de l'ordre et veut une commission d'enquête "sur la manière dont le dossier a été géré localement". Et elle parle d'une "tache indélébile sur l'action du gouvernement."

--'--
--'--

Mis à jour le
publié le

(Cécile Duflot invitée de France Info ce mardi © RF/ Camille Glas)

"Depuis 48h aucun membre de ce gouvernement, qui avait théoriquement fait de la jeunesse une priorité, ne s'est exprimé pour présenter ses condoléances, pour dire qu'il regrettait ce qui s'est passé face. Nous sommes face à une situation intolérable et qui va finir par être une tache indélébile sur l'action du gouvernement"   a constaté Cécile Duflot. "C'est un drame absolu, c'est aussi un scandale". 

"On a abouti à la mort d'un jeune homme. C'est très très grave"

Et la députée EELV qui s'est rendue sur le site du projet de barrage raconte qu'elle a vu, sur place, "des jeunes qui agissent de manière pacifique qui veulent défendre la nature. Et depuis le début du mois de septembre, les forces de l'ordre sont intervenues dans des conditions qui posent lourdement question. Il y a réellement à mettre en cause la manière dont les forces de l'ordre sont intervenues. Et la gestion du dossier depuis le début du mois de septembre. Donc je vais proposer une commission d'enquête sur la manière dont le dossier a été géré localement. Car on a abouti à la mort d'un jeune homme. C'est très très grave".

"Des forces de l'ordre qui projettent des grenades pour défendre un grillage"

Cécile Duflot a également réagi aux propos du président socialiste du conseil général du Tarn, Thierry Carcenac, qui a jugé "stupide et bêt e" de mourir pour des idées. "Ce qui est stupide et ce qui est bête de la part d'un cumulard qui défend un projet aberrant, qui n'a aucun sens, le rapport des experts l'a montré, c'est de gaspiller l'argent public. C'est de ne pas avoir de mots de compassion et d'excuses. Est-ce qu'on imagine ce que ça veut dire qu'à deux heures du matin dans une forêt des forces de l'ordre, pour défendre un grillage, projette des grenades sur des jeunes. Ces questions doivent être posées publiquement". 

(Cécile Duflot invitée de France Info ce mardi © RF/ Camille Glas)