L'interview éco, France info

Laurent Levy, président d’Optical Center : "Nous serons leaders en France en 2020"

Les soins dentaires, les lunettes et les prothèses auditives seront accessibles "sans reste à charge" d'ici 2022, selon le Premier ministre. "Nous allons continuer à baisser les prix" a traduit Laurent Lévy, président d'Optical Center jeudi sur franceinfo. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoJean LeymarieRadio France

Mis à jour le
publié le

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé mardi 4 juillet, lors de son discours de politique générale, que "tous les Français auront accès à des offres sans aucun reste à charge" pour les soins dentaires, les lunettes et les prothèses auditives d'ici 2022.

Sur franceinfo, Laurent Lévy, président de la chaîne d'opticiens Optical Center qui compte 500 magasins, estime que les opticiens vont devoir financer en partie cette mesure. Il assure de son côté qu'il va "baisser les prix".

franceinfo : Allez-vous baisser le prix des lunettes pour contribuer à l'offre "zéro reste à charge" ?

Laurent Lévy : L'offre "zéro reste à charge" fait déjà partie de celles d'Optical Center, depuis plusieurs années. Lorsqu'Emmanuel Macron m'a remis le prix du développement économique France-Israël, lorsqu'il était ministre de l'Économie, je lui en avais parlé. Et je suis très agréablement surpris qu'il étende ce que nous faisons à l'ensemble des acteurs de la filière.

Selon l'UFC-Que choisir, le budget pour les lunettes est, en France, supérieur de 50% à la moyenne européenne. Comment cela se fait-il ?

On n'achète pas la même chose. En Espagne, ils n'achètent pas de verres progressifs. Ils portent des verres uniquement pour voir de près. Si on compare le même verre et la même monture, nous sommes bien moins chers, de 10%.

Qui va financer cette mesure, qui coûte 4 milliards d'euros ?

La sécurité sociale, je ne pense pas. Sûrement les mutuelles pour une partie, et les opticiens pour l'autre. Nous allons continuer à baisser les prix. Plus on a de magasins, plus on peut négocier des prix moins chers chez nos fabricants, et répercuter cette marge-là chez nos clients.