L'interview éco, France info

El Mouhoub Mouhoud (université Paris Dauphine) : "Sur le protectionnisme, les candidats restent flous"

L'économiste El Mouhoub Mouhoud était l'invité de l'interview éco lundi. Il est revenu sur deux sujets au programme des candidats à l'élection présidentielle : le "patriotisme économique" et les effets de l'immigration sur l'économie française.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoJean LeymarieRadio France

Mis à jour le
publié le

El Mouhoub Mouhoud est économiste, professeur à l\'université Paris-Dauphine.
El Mouhoub Mouhoud est économiste, professeur à l'université Paris-Dauphine. (RADIO FRANCE)

El Mouhoub Mouhoud était l’invité de l'interview éco lundi 20 mars. Cet économiste spécialiste de la mondialisation et professeur à l'université Paris-Dauphine a abordé deux sujets au programme de plusieurs candidats à la présidentielle : le "patriotisme économique" et les effets de l'immigration sur l'économie française.

Il a également regretté qu'aucun des onze prétendants à la fonction présidentielle n'évoque la possibilité "croissante" pour les entreprises "de l'industrie des services et du numérique" de délocaliser. "On focalise sur les entreprises manufacturières, mais on oublie l'essentiel des emplois qui sont dans les services", a-t-il estimé, appelant les candidats à l'Elysée à être "plus précis" dans leurs propositions.

franceinfo : Tous les candidats promettent de mieux protéger les entreprises et les travailleurs français face à la mondialisation. Ont-ils raison ?

El Mouhoub Mouhoud : Qu'ils le promettent, c'est leur affaire. Mais qu'ils soient imprécis sur les mesures proposées et leurs effets, est plus inquiétant. De quoi parlent-ils ? S'agit-il d'un protectionnisme uniquement européen à l'encontre des produits importés des pays d'Asie ? Cela serait un peu inutile dans la mesure où on assiste aujourd'hui à un recul des importations en provenance d'Asie. On ne sait pas très bien quel est l'objectif poursuivi : protéger les travailleurs, d'accord. Mais il faudrait être beaucoup plus précis.

Les États-Unis taxent les importations dans certains secteurs, par exemple l'acier qui vient de Chine.  Cela peut-il être un modèle pour nos dirigeants ?

Cela ressemble très grandement à ce que l'on a connu dans les années 1930. Le problème est que si l'on affiche des volontés de récupérer de l'emploi par du protectionnisme, il ne faut pas oublier que les mesures de rétorsion sont immédiates. C'est la guerre commerciale. L'autre problème est que l'on a 12% de nos emplois dans l'industrie manufacturière et 75% de nos emplois dans les services. L'inconvénient de viser uniquement les marchandises –car c'est ce qu'il y a de plus visible–, est de laisser de côté toutes les autres composantes de la mondialisation qui sont extrêmement dérégulées, comme la finance, et le fait que les services vont connaître une délocalisabilité accrue. On focalise sur les entreprises manufacturières mais on oublie l'essentiel des emplois qui sont dans les services. Aucun candidat ne parle du choc futur que j'entrevois : la délocalisabilité croissante dans l'industrie des services et du numérique.

François Fillon veut réduire l'immigration au strict minimum. Qu'y voyez-vous ?

C'est une illusion de plus. Nous recevons 200 000 immigrés en France, 100 000 repartent chaque année. Nous avons donc un flux net de 100 000 personnes, dont 20 000 pour le travail. C'est extrêmement contrôlé et régulé. 

Il y a des aspects tout à fait positifs dans l'immigration.

El Mouhoub Mouhoud, économiste

à franceinfo

Selon Pôle emploi, 320 000 emplois ne trouvent pas preneurs, 200 000 selon le Medef. Et 20 000 migrants par an occupent un travail. Aucun élément ne permet donc de croire que l'immigration est responsable du chômage.


El Mouhoub Mouhoud : "Sur le protectionnisme... par franceinfo

El Mouhoub Mouhoud est économiste, professeur à l\'université Paris-Dauphine.
El Mouhoub Mouhoud est économiste, professeur à l'université Paris-Dauphine. (RADIO FRANCE)