L'interview éco, France info

Alain Dehaze (groupe Adecco) : "Les entreprises françaises n'osent pas embaucher"

Pour le PDG du leader mondial du travail temporaire, le Code du travail français "fait peur à beaucoup d'entreprises". Au Forum économique mondial, à Davos, il réagit au plan de François Hollande contre le chômage

--'--
--'--
Radio France

Mis à jour le
publié le

(Le PDG du groupe Adecco a cité trois pays en modèle : l'Allemagne, la Suisse et l'Autriche © Radio France / Jean Leymarie)

 Selon Alain Dehaze, les mesures annoncées par le chef de l'Etat vont dans le bon sens : "Il faut plus de flexibilité tout en développant la sécurité".

Le Medef propose de mettre en place un contrat qui donnerait des droits progressifs au salarié, et permettrait aux entreprises de licencier plus facilement en cas de difficulté. Pour Alain Dehaze, il faut effectivement "leur donner la possibilité de se restructurer facilement quand le marché change. Aujourd'hui en France, c'est difficile".

Le gouvernement lance un plan en faveur de la formation et de l'apprentissage. Pour le PDG du groupe Adecco, c'est primordial. Il cite trois pays en modèle : l'Allemagne, la Suisse et l'Autriche. Selon lui, ces pays ont réduit le chômage des jeunes grâce à l'alternance.

Aujourd'hui, plus de huit embauches sur dix ont lieu sous forme de contrats à durée déterminée. Cette précarité inquiète-t-elle Alain Dehaze ? Pas du tout, dit-il : "C'est une tendance sociologique" dans de nombreux pays. Le dirigeant estime que de nombreux jeunes veulent pouvoir multiplier les expériences hors du cadre classique du salariat et du CDI.

(Le PDG du groupe Adecco a cité trois pays en modèle : l'Allemagne, la Suisse et l'Autriche © Radio France / Jean Leymarie)