Info culture, France info

"Ultime partie" ou la fin du politique selon Marc Dugain

Les meilleures choses ont une fin, voici le troisième et dernier tome de la trilogie de l'emprise, "Ultime partie" clôt ce "house of cards" à la française, cette fiction politique qui ressemble terriblement à la réalité.

--'--
--'--
Radio France

Mis à jour le
publié le

(Marc Dugain, Nancy le 15 septembre 2012 © Maxppp)

Ils sont tous là, Launay, président centre droit maniaco-dépressif, le plus malin, qui va réformer la constitution par référendum pour rester au pouvoir, son ennemi intime, Lubiak, ministre des finances affamé d'argent et sans le moindre scrupule, Corti, le Corse chef du renseignement intérieur, pas content d'avoir été lâché par le président, Lorraine l'espionne et Terence le journaliste qui en savent trop, les barbouzes, la CIA, les Emirats, bref, dans cet épilogue, ça défouraille, ça magouille, le cynisme politique atteint des sommets.

Des politiques sans conviction 

Faisant le constat que les politiques en France n'ont plus la moindre conviction, Marc Dugain fouille dans les mécanismes personnels de l'ambition, le président Launay est intelligent, son adversaire Lubiak lui fait froid dans le dos, prêt à tout pour battre son adversaire, il devient totalement dépendant d’une puissance étrangère, un émirat du golfe qui le rétribue grassement pour services rendus.

Marc Dugain pose les limites aussi du contre-pouvoir : le journalisme d'investigation, la "vérité" peut emporter la démocratie avec le système. Mais il est assez fin pour fasciner le lecteur avec sa lecture psychologique des personnages, rapport au père, aux femmes, au sexe, en mixant des traits de caractère de nos hommes politiques, les vrais. Le président Launey, est adepte du compromis, mais également maniaco-dépressif, au lecteur de retrouver comment il a été composé.

"Ultime Partie" de Marc Dugain, chez Gallimard.

(Marc Dugain, Nancy le 15 septembre 2012 © Maxppp)