Ils ont fait l'actu, France info

Que devient Frank Berton, l’avocat de Salah Abdeslam ?

27 avril 2016. Salah Abdeslam, le seul terroriste encore en vie des attentats du 13 novembre, est transféré vers la France. Le jeune homme de 26 ans, qui était détenu en Belgique depuis son arrestation, est incarcéré à Fleury-Merogis, la plus grande prison d'Europe.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoSébastien BaerRadio France

Mis à jour le
publié le

Maître Franck Berton
Maître Franck Berton (Sébastien Baer / Radio France)

Ce 27 avril, l'avocat Frank Berton annonce qu'il assurera la défense de Salah Abdeslam. "C'est vrai que souvent on assimile l'avocat au client. Je sais que je vais prendre des coups mais j'ai déjà eu aussi des messages de soutien. Ce garçon doit être défendu. Et il le sera". 

Pressions et menaces

Depuis qu'il a pris en charge la défense de Salah Abdeslam, Frank Berton a plusieurs fois protesté contre les mesures draconiennes qui entourent l'incarcération du suspect-clé des attentats de Paris. Abdeslam est placé à l'isolement et sous surveillance video 24 heures sur 24, un dispositif que l'avocat a vainement tenté de faire suspendre. Pour son avocat, la tache n'est pas facile. Depuis qu'il a pris en charge la défense de Salah Abdeslam, Frank Berton est la cible de menaces et de pressions. "Je ne pensais pas que ça serait à ce point-là, que la haine serait à ce point-là. Si je compare à Sven Mary, les pressions qu'il a eues en Belgique, il a dû déménager, il a eu une protection, ses enfants ont changé d'école. Des tas de choses très graves lui sont arrivées. Moi je n'en suis pas encore là. On m'a dit que je dois demander une protection compte tenu des menaces qui sont de plus en plus sérieuses" détaille Frank Berton qui n'exclut pas d'y recourir. "Cela ne sera pas facile. Je vais peut-être devoir imposer des choses aux gens qui me sont proches et qu'ils n'ont pas envie de subir".

Aucun regret

Malgré les difficultés et les menaces, l'avocat ne regrette pas d'avoir accepté de défendre Salah Abdeslam. "J'ai décidé en conscience de le défendre. Plein d'avocats feraient comme moi. C'est notre métier, c'est notre fonction. Je ne suis pas surnaturel, j'exerce mon métier normalement" explique Frank Berton qui assure qu'il garde la main dans le dossier Abdeslam, "Il est en France, il va pouvoir s'expliquer et si ce silence est trop long je peux à tout moment décider d'arrêter cette défense et j'arrêterai cette défense". Frank Berton redoute-t-il de devenir l'avocat le plus détesté de France? "Cela m'a traversé l'esprit mais j'ai accepté de le défendre car c'est mon travail. C'est important de dire que dans une République, il y a des valeurs, il y a des droits même pour celui qui est accusé du pire des crimes" insiste Frank Berton qui reconnaît toutefois qu'il y a beaucoup de coups à prendre dans ce dossier. "Si vous faites une balance entre les inconvénients et les éventuels avantages, bien évidemment la balance est défavorablement négative".

Contacts normaux

L'avocat estime qu'il entretient des rapports classiques avec son client pourtant si particulier. "J'échange avec lui comme avec d'autres clients, j'ai un contact assez facile avec lui. On a dit ou écrit beaucoup de choses sur lui, qu'il était bête ou alors à l'inverse qu'il est très intelligent. Non, c'est quelqu'un qui a des chefs de mise en examen très lourds et très graves, qui vit sa détention très difficilement parce qu'il ne supporte pas sa vidéosurveillance. Personne d'autre que lui en France n'est épié 24 heures sur 24, même la nuit, par des caméras infrarouges, il est très jeune, il se prépare à une peine hyper-lourde. Je vois que ça le travaille". Frank Berton, a tenté de faire annuler le placement sous videosurveillance permanente de son client. Mais la demande a été rejetée. Salah Abdeslam reste le détenu le plus surveillé de France.

 

Maître Franck Berton
Maître Franck Berton (Sébastien Baer / Radio France)