Histoires d'Info, France info

Histoire d'infos. Dans son discours d'adieu, Eisenhower dénonce le complexe militaro-industriel (et semble nous parler)

Barack Obama prononce mardi 10 janvier son dernier discours en tant que président des Etats-Unis. Une tradition immuable. Si ces discours ne marquent généralement pas l'histoire, celui du président Eisenhower, en janvier 1961, a fait date.

00:00-00:00

audio
vidéo
logo
franceinfoThomas SnégaroffRadio France

Mis à jour le
publié le

Le président Eisenhower et son sucesseur John F. Kennedy, le 6 décembre 1960 à la Maison Blanche.
Le président Eisenhower et son sucesseur John F. Kennedy, le 6 décembre 1960 à la Maison Blanche. (AP/SIPA / AP)

Quand il quitte la Maison Blanche, chaque président adresse un dernier discours aux Américains. C'est une tradition. Un discours qui tire les leçons d'une présidence et qui demeure bien souvent, moins marquant que le discours d'investiture. Mais celui de Dwight D. Eisenhower, en janvier 1961, fait exception. 

Un passage mérite plus particulièrement d'être traduit pour mesurer combien l'appel d'Eisenhower a finalement été peu entendu.

"Jusqu'au plus récent conflit mondial, les États-Unis n'avaient pas d'industrie d'armement. Les fabricants américains de socs de charrues pouvaient, avec du temps et sur commande, forger des épées. Mais désormais, nous ne pouvons plus risquer l'improvisation dans l'urgence en ce qui concerne notre défense nationale. Nous avons été obligés de créer une industrie d'armement permanente de grande échelle. De plus, trois millions et demi d'hommes et de femmes sont directement impliqués dans la défense en tant qu'institution." 

Nous dépensons chaque année, rien que pour la sécurité militaire, une somme supérieure au revenu net de la totalité des sociétés américaines.

Dwight D. Eisenhower

Discours d'adieu

"Cette conjonction d'une immense institution militaire et d'une grande industrie de l'armement est nouvelle dans l'expérience américaine. Son influence totale, économique, politique, spirituelle même, est ressentie dans chaque ville, dans chaque parlement d'Etat, dans chaque bureau du gouvernement fédéral. Nous reconnaissons le besoin impératif de ce développement. Mais nous ne devons pas manquer de comprendre ses graves implications. Notre travail, nos ressources, nos moyens d'existence sont impliqués ; ainsi en va-t-il de la structure même de notre société." 

"Dans les prises de décision de l'Etat, nous devons donc nous garder de toute influence injustifiée, qu'elle ait ou non été sollicitée, exercée par le complexe militaro-industriel. Le risque potentiel d'une désastreuse ascension d'un pouvoir illégitime existe et persistera."

Nous ne devons jamais laisser le poids de ce complexe militaro-industriel mettre en danger nos libertés et nos processus démocratiques.

Dwight D. Eisenhower

Discours d'adieu

"Nous ne devrions jamais rien prendre pour argent comptant. Seule une communauté de citoyens prompts à la réaction et bien informés pourra imposer un véritable entrelacement de l'énorme machinerie industrielle et militaire de la défense avec nos méthodes et nos buts pacifiques, de telle sorte que sécurité et liberté puissent prospérer ensemble."

Le président Eisenhower et son sucesseur John F. Kennedy, le 6 décembre 1960 à la Maison Blanche.
Le président Eisenhower et son sucesseur John F. Kennedy, le 6 décembre 1960 à la Maison Blanche. (AP/SIPA / AP)