franceinfo junior , France info

En 2015, 58 journalistes ont été tués dans le monde

Il y a deux ans, deux journalistes de RFI étaient assassinés. En 2015, 58 ont déjà été tués. France Info junior s'intéresse aux menaces qui pèsent sur la liberté de la presse et le métier de journaliste.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Estelle FaureRadio France

Mis à jour le
publié le

(Une stèle du mémorial des journalistes assassinés à Bayeux © Maxppp)

58 journalistes ont été tués parce qu'ils exerçaient leur activité : informer. C'est ce que révèle le baromètre mis à jour par Reporters sans frontières, qui défend les journalistes et les blogueurs. Le week-end dernier, l'organisation a rebaptisé douze rues de Paris du nom de journalistes tués, torturés ou disparus. L'une d'elle porte les noms de Ghislaine Dupont et Claude Verlon. Cette journaliste et ce technicien de la radio RFI ont été assassinés au Nord du Mali il y a deux ans alors qu'ils préparaient un reportage.

Selon RSF, 90% des crimes ayant un lien avec des journalistes n'ont jamais été élucidés. C'est le cas de l'enquête sur le meurtre des journalistes de RFI, qui n'a guère avancé. En leur hommage, l'ONU a décrété le 2 novembre Journée internationale de la fin de l'impunité des crimes commis contre des journalistes. Une bourse pour les journalistes a été créée en leur mémoire. Depuis deux ans, les dangers qui guettent les journalistes et les blogueurs demeurent. L'année 2015 a été particulièrement sanglante, comme en témoignent les attentats qui ont décimé la rédaction de Charlie Hebdo. Ailleurs dans le monde, des journalistes sont aussi menacés. En Egypte, c'est un journaliste d'investigation qui vient d'être arrêté.

Janna, Jeanne, Asmina, Claudia, César et Erika viennent de lycées de l'étranger, ils sont passés par la Maison de la Radio à l'occasion de l'opération #maplanète de France Info. Ils vivent à Bangkok, aux Comores, à Madrid ou au Salvador. Sur la liberté de la presse et les menaces qui planent sur les journalistes, ils ont mille questions. Pour leur répondre, Marie-Christine Saragosse, présidente de France Médias Monde, qui regroupe notamment les médias RFI et France 24.

 

(Une stèle du mémorial des journalistes assassinés à Bayeux © Maxppp)