En un mot, France info

En un mot : Macron et ses "fainéants"

En un mot, c’est le mot de l’actu du jour. Celui qui n’échappe a personne. En tout cas, pas à Nathalie Bourrus.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Nathalie BourrusfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Emmanuel Macron à Toulouse, le 11 septembre 2017.
Emmanuel Macron à Toulouse, le 11 septembre 2017. (PASCAL PAVANI / AFP)

Le mot de l'actu du jour, lundi 11 septembre, c'est fainéant. Le mot est sorti de la bouche d’Emmanuel Macron pour évoquer la grève de mardi 12 septembre contre la loi travail. Et depuis, ce mot lui colle à la peau.

Fainéant vient de "fait" et de "néant" : celui qui ne fait rien. Attention, Emmanuel Macron a bel et bien employé ce mot, mais je ne veux entendre aucune polémique. Compris ? Bande d’ignares… fainéants de la pensée ! Je suis certaine, que vous ne saviez même pas que le mot venait de "fait" et de "néant", pfff… À quoi pensez-vous, illettrés ! Du haut de votre néant, comment osez-vous saboter le travail du gouvernement… sur la loi travail !

Et maintenant, à Saint-Martin et Saint-Barth ? Nous qui nous démenons… "Vous êtes juste alléchés par les souffrances !", dixit le Premier ministre. "Vous vous complaisez dans  les polémiques politiciennes !", ajoute Edouard Philippe, qui prépare le terrain pour le président de la République. Car Emmanuel Macron en personne se rend en Guadeloupe, à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy, mardi. Bardé de polémique, avec ce mot fainéant, sur les épaules.

Gilet de sauvetage

Emmanuel Macron va devoir mettre son gilet de sauvetage, et il en a bien besoin. Son année scolaire a commencé dans la douleur, avec des sondages pourris. On a ensuite reproché à son gouvernement une absence de communication. À ce propos, mais où est Bruno Roger-Petit ? Vous avez des nouvelles ? Je ne comprends pas : ce journaliste a été nommé porte-parole du président… pour aller répandre la bonne parole… la vraie… mais il est où, Bruno ? Il n’est pas là.

Du coup, matin, midi et soir, sur les antennes, qu’est-ce qu’on entend ? Des gens qui racontent n’importe quoi, ou alors qui se plaignent, qui critiquent tout, tout le temps ! À Paris, on se plaint de la réforme du code du travail. Une grève est prévue mardi par la CGT, notamment. Et les cheminots… mais quelle bande de fainéants, franchement, avec tous leurs avantages ! Mais qu’ils se taisent !

Le culot de la vérité

"On ne peut pas faire avancer notre pays, si on ne dit pas les choses en vérité !", affirme Emmanuel Macron, lundi matin, qui donc assume à 200% son mot fainéant. Oui, j’ai dit fainéant, et je ne retire rien. Car oui, il faut de la vérité.

A propos de vérité, dans nos îles, on la réclame. Des gens ont le culot de dire que l’aide arrive trop tard ! Qu’ils ont tout perdu, que leurs enfants sont enfermés dans une maison depuis cinq jours sans eau potable ! Que des gamins pillent les magasins, en toute impunité ! Les gens osent nous dire qu’entre lundi dernier et mercredi, il y a eu comme un vide… Des politiques osent relayer cette parole, et exigent une commission d’enquête ! En un mot : souvenons-nous que fainéant, vient au tout début, de feindre… et celui qui feint, peut aussi avoir un réveil brutal.  

Emmanuel Macron à Toulouse, le 11 septembre 2017.
Emmanuel Macron à Toulouse, le 11 septembre 2017. (PASCAL PAVANI / AFP)