En route vers Paris 2024, France info

En route vers Paris 2024. L'effet domicile chez les sportifs

C’est officiel depuis mercredi, on est vraiment en route vers Paris 2024 puisque c’est dans sept ans que la capitale accueillera les Jeux. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Cécilia BerderfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

L\'esplanade du Trocadero, près de la Tour Eiffel, à Paris, le 14 septembre 2017. 
L'esplanade du Trocadero, près de la Tour Eiffel, à Paris, le 14 septembre 2017.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Paris 2024, c'est donc dans sept ans...Mais ça fait quoi de concourir à domicile pour les sportifs ? Est-ce que l'on peut forcément s’attendre à de meilleurs résultats ?

Être plus fort à domicile, nos voisins anglais en représentent un exemple criant : à Pékin en 2008, ils ont remporté 47 médailles. Arrivés chez eux en 2012, aux Jeux de Londres, leur cagnotte grimpait à 65 médailles. Côté or : ils sont passés de 19 médailles d’or en 2008 à 29 médailles d’or en 2012 sur leurs terres.

En fait, et c’est encore plus vrai depuis les Jeux d’Athènes en 2004, tous les pays qui reçoivent les Jeux Olympiques et Paralympiques ont vu leur nombre de médailles augmenter.

Comment expliquer le "home advantage" l'avantage d’évoluer à domicile?

Imaginez que vous jouez dans votre jardin. Vous avez vos repères, vous connaissez l’environnement par cœur, le stade, le vestiaire. Alors que les adversaires doivent s’adapter : fatigue du déplacement, culture différente, décalage horaire, éloignement des proches…
Aussi, argument plus scientifique, des chercheurs ont prouvé que le taux de testostérone des sportifs évoluant à domicile était supérieur à celui des autres. Un avantage considérable car cette hormone permet d’être plus agressif et déterminé sur le terrain.

Dans les sports par équipe, les experts ont aussi remarqué une confiance collective plus élevée, les joueurs étant plus motivés et concentrés.
Enfin, un peu plus farfelu : le public a aussi son mot à dire sur l’issue d’un match. Des études ont montré que les arbitres pouvaient être incités par le bruit de la foule à avantager l’équipe qui reçoit.

Trouver sa marque de fabrique

Pourtant, ces données ne déterminent en rien l’issue des Jeux de Paris 2024 car en sport rien n’est acté. L’aléa est partout : un adversaire en transe, un corps patraque, un arbitre mal réveillé... Mais l’objectif du sport français est clair : doubler le nombre de médailles. Cela signifie passer d’une quarantaine de médailles à 80 médailles olympiques à Paris en 2024.

Les Britanniques avaient réussi ce challenge. Ils avaient créé une super élite qui permettait un suivi beaucoup plus ciblé des athlètes, au détriment de beaucoup de sportifs et de fédérations considérés comme "non médaillables".
Chaque pays hôte doit trouver son système en fonction de sa culture et de ses qualités.

Mais un élément parait indispensable : le soutien psychologique des athlètes

 Le vrai challenge du sportif à domicile, c’est de gérer la foule, de gérer sa densité et sa familiarité. L’athlète va capter à lui seul l’attention du public, il devra s’appuyer sur l’appel de la foule, tout en maitrisant son état d’éveil.

Cela passera assurément par un soutien psychologique précis via des techniques de relaxation, de visualisation, de concentration, de méditation, de respiration ou encore tout un système de routines. La liste est longue, mais c’est ce qui permettra à nos olympiens de 2024 de ne pas simplement défendre leur territoire, mais de partir à la conquête du Graal olympique.  

L\'esplanade du Trocadero, près de la Tour Eiffel, à Paris, le 14 septembre 2017. 
L'esplanade du Trocadero, près de la Tour Eiffel, à Paris, le 14 septembre 2017.  (LUDOVIC MARIN / AFP)