En route vers Paris 2024, France info

En route vers Paris 2024. À la découverte du cécifoot

Chaque semaine, Cécilia Berder, membre de l’équipe de France d’escrime, vous invite à découvrir un sport olympique ou paralympique avant de les admirer lors des Jeux de Paris en 2024.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoCécilia BerderRadio France

Mis à jour le
publié le

A Lille, le 6 août 2012. L\'équipe de France de cécifoot à l\'entrainement à Lambersart pour les Jeux paralympiques de Londres.
A Lille, le 6 août 2012. L'équipe de France de cécifoot à l'entrainement à Lambersart pour les Jeux paralympiques de Londres. (MAXPPP)

L’équipe de France masculine de football dispute cette semaine les derniers matchs de qualification pour la Coupe du monde de 2018 en Russie.
Mais il existe aussi une discipline paralympique moins connue pourtant très similaire : le cécifoot,  le football pour les non-voyants ou les malvoyants.
Et comme sur tous les terrains du monde, ça dribble, ça passe, ça feinte, ça combine !

Quelques différences avec le football restent à noter : les équipes sont composées de 5 joueurs (4 joueurs déficients visuels et un gardien de but voyant). Les joueurs de champ jouent les yeux bandés et s’affrontent pendant deux périodes de 20 minutes. Le terrain est de la taille d’un terrain de handball et est bordé de barrières latérales pour fluidifier le jeu.

Les oreilles remplacent les yeux

Pour se repérer et se positionner sur le terrain, les footballeurs font appel à tous leurs sens. L’un des plus importants reste l’ouïe, car plusieurs éléments auditifs peuvent guider les sportifs.
Tout d’abord, le ballon contient des grelots. Cela permet aux joueurs de savoir où est la balle, si elle roule ou si elle rebondit. Le gardien, qui est voyant, communique et oriente la défense.

Derrière le but adverse, il y a un guide qui permet aux attaquants de mieux localiser la cage. Il va par exemple se positionner derrière le poteau gauche et crier à son attaquant "poteau gauche". Grâce à ce système et à une ouïe du joueur très développée, le tireur peut piéger le gardien. Enfin, un entraîneur est sur la touche pour superviser.
Autre point important : le hors-jeu n’existe pas. Les joueurs peuvent ainsi se positionner où ils veulent sur le terrain.

La dernière règle à connaître avant de se lancer dans l’aventure cécifoot est la règle du  "voy" ; mot espagnol qui veut dire "j’y vais, j’arrive". Si vous attaquez le porteur de balle, vous êtes obligé de vous signaler en criant "Voy" pour éviter tout contact dangereux.

Le public doit contenir ses émotions

Lors d’un match de cécifoot, durant les phases de jeu, le silence est roi. Tout bruit parasite ou extérieur peut pénaliser les joueurs car il devient plus difficile d'interpréter les consignes du guide ou les grelots du ballon.

C’est d’ailleurs ce qui avait failli coûter le titre paralympique aux Brésiliens en 2016 à Rio. Il y avait une telle ambiance dans les tribunes que les joueurs avaient du mal à s’entendre. Mais cette magnifique euphorie n’a pas empêché les brésiliens de remporter leur 4e titre paralympique sur les quatre éditions.

Le cécifoot en France

Le cécifoot est apparu en France en 1987, grâce au club As Cécifoot Saint-Mandé. Depuis, l’équipe de France a remporté la médaille d’argent aux Jeux paralympiques de Londres en 2012 et deux titres de championne du monde.

La fédération de cécifoot compte environ 250 licenciés. Preuve que le cécifoot commence à se professionnaliser : en 2006, l’équipe du Havre (le Havre Athletic Club) a accueilli dans son club une équipe déficiente visuelle. Cette initiative a été imitée en 2014 par les Girondins de Bordeaux et en 2015 par le Toulouse football club.

A Lille, le 6 août 2012. L\'équipe de France de cécifoot à l\'entrainement à Lambersart pour les Jeux paralympiques de Londres.
A Lille, le 6 août 2012. L'équipe de France de cécifoot à l'entrainement à Lambersart pour les Jeux paralympiques de Londres. (MAXPPP)