En direct du monde, France info

L'Afrique du Sud interdit la chasse aux léopards cette année

Le pays était pourtant autorisé à accorder 150 permis pour 2016 à de riches étrangers. Mais les autorités sud-africaines préfèrent renoncer à cette rente pour préserver l'espèce.

--'--
--'--
Radio France

Mis à jour le
publié le

(Léopard dans la brousse africaine © Maxppp)

La chasse aux trophées est un business juteux, qui rapporte chaque année 200 millions de dollars à l’Afrique subsaharienne. La moitié va dans les caisses de l’Afrique du Sud qui en a fait une industrie. Un chasseur étranger peut ainsi débourser jusqu’à 25 000 dollars, et cela peut monter beaucoup plus haut si l'espèce est rare.

Malgré ces sommes alléchantes, Pretoria a donc renoncé à la chasse aux léopards cette année, car le le nombre exact de léopards dans le pays n’est pas connu précisément. Les autorités sud-africaines préfèrent donc être prudentes, pour éviter une extinction de l'espèce. Etonnamment, d'autres pays aux alentours comme la Zambie ont fait le choix inverse, estimant que la population de léopoards est suffisante.

La chasse, moyen de protéger la faune?

Cette question est complexe, car, assez paradoxalement, les revenus issus de la chasse aux gibiers ont vocation à être réinvestis dans la lutte contre le braconnage, ou la préservation des espèces en danger. Cela peut aussi être un moyen d’aider les communautés locales à se développer. Mais ces arguments sont trés critiqués par les associations de protection de la nature, parce qu’il y a là encore énormément de dérives: l’élevage de lions destinés à être abattus par exemple, mais aussi la corruption qui fausse souvent les contrôles.

(Léopard dans la brousse africaine © Maxppp)