En direct du monde, France info

En direct du monde. Présidentielle : la Chine se passionne pour Ma Kelong, Le Pang, Fei Yong et Meilan Xiong

L'élection présidentielle française intéresse aussi les pays étrangers. En Chine, la presse parle beaucoup de cette échéance politique.

00:00-00:00

audio
vidéo
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Des chinois sur un carrefour à Pékin (Chine).
Des chinois sur un carrefour à Pékin (Chine). (KEVIN FRAYER / GETTY IMAGES ASIAPAC)

Les Chinois adorent parler de politique entre eux. Les élections en France les intéressent, moins que l'élection américaine, il faut reconnaître, mais ils savent que les Français vont bientôt voter. La presse en parle beaucoup. Des candidats sont plus connus que d’autres. François Fillon – son nom en chinois est : "Fei Yong" – est le plus connu car il est déjà venu en Chine plusieurs fois notamment quand il était Premier ministre. La presse a parlé de lui quand il était  très haut dans les sondages, puis ses démêlés avec la justice ont été tres commentés. Marine Le Pen – "Le Pang" en chinois – n'est pas très connue. Elle n’est jamais venue en Chine. Même chose pour Jean-Luc Mélenchon – "Meilan Xiong" – qui n'est pas très populaire.

Emmanuel Macron – "Ma Kelong" –  s’est surtout fait connaître en rendant visite à la famille de Liu Shaoyo, un Chinois tué par un policier français à Paris. Les Chinois en ont parlé sur les réseaux sociaux. Il est vu aussi  comme un homme d’affaires ce qui plaît beaucoup à cette dame chinoise qui travaille dans un cabinet de consulting pour les entreprises franco chinoises : "Je trouve que les idées de Macron collent avec les miennes. Il est jeune, je pense qu’il se passera des choses révolutionnaires avec lui. Il y aura un grand changement par rapport à la situation actuelle de la France, qui est faible sur le plan économique."

Les expatriés français votent plutôt à droite

Un peu moins de 4 000 expatriés français vivent  à Pékin et ils se déplaceront très nombreux comme d'habitude, car cette élection reste un moment privilégié pour affirmer son attachement à la France. Christophe Rovan, l’une des figures de la communauté française, en est à sa troisième élection présidentielle : "Traditionnellement , le vote expatrié est plutôt à droite, en 2012, les gens ont plutôt voté pour Nicolas Sarkozy. A l'origine, la plupart des gens qui résident ici avaient l'intention de voter Fillon et tout ce qui s'est passé en France les a pas mal refroidi. Certains vont le faire et d'autres ne vont pas le faire."

Paradoxalement, les Chinois se passionnent pour la politique en général, même s’ils ne vivent pas dans un pays démocratique et qu’il n'y a pas d'élection au suffrage direct en Chine.

Des chinois sur un carrefour à Pékin (Chine).
Des chinois sur un carrefour à Pékin (Chine). (KEVIN FRAYER / GETTY IMAGES ASIAPAC)