En direct du monde, France info

En direct du monde. En Russie, un incubateur de talents destiné à promouvoir Vladimir Poutine

De jeunes partisans de Vladimir Poutine ont créé en 2012 un véritable incubateur de talents. Son nom : Set, ce qui signifie "réseau" en russe.

00:00-00:00

audio
vidéo
logo
Anne MignardfranceinfoAlexis MorelRadio France

Mis à jour le
publié le

La photo de Vladimir Poutine et de son célèbre brochet de 21 kilos pêché dans une rivière dans la région de Tyva (Russie) le 20 juillet 2013, fait partie des clichés du président russe qui ornent les murs des locaux de Set.
La photo de Vladimir Poutine et de son célèbre brochet de 21 kilos pêché dans une rivière dans la région de Tyva (Russie) le 20 juillet 2013, fait partie des clichés du président russe qui ornent les murs des locaux de Set. (ALEXEY DRUZHININ / RIA-NOVOSTI)

De jeunes partisans de Vladimir Poutine ont créé en 2012 un véritable incubateur de talents. Son nom : Set, ce qui signifie "réseau" en russe. Set, ce sont 11 centres répartis sur le tout le territoire de la fédération de Russie pour accueillir de jeunes créateurs, dont un centre à Moscou.

Chez Set, tout le monde est officiellement le bienvenu, les locaux sont ouverts à tous et le matériel est à disposition. Set occupe le dernier étage d’une tour flambant neuve en plein centre de Moscou dans un quartier branché. Une fois la porte passée, on ne peut pas le rater : Vladimir Poutine est sur tous les murs. À la tribune de l’ONU, en tenue de soldat, en kimono sur un tatami et bien entendu avec son célèbre brochet de 21 kilos, celui qu’il aurait péché dans un lac de Sibérie.

Partout, il y a des ordinateurs, mais aussi un coin avec quelques chevalets et des palettes de peintures, un studio de montage vidéo, enfin toute une partie de l’espace est réservé aux créateurs de mode avec tout le matériel nécessaire. Le tout mis donc à la disposition des fameux "créateurs".

Des "créateurs" aux origines multiples

Ces "créateurs" sont tous très différents. Certains sont engagés politiquement d’autres pas du tout. Ilia par exemple a 28 ans. Il sort d’une des meilleures écoles de mode de Moscou, celle du créateur du parfum Maroussia. Il prépare un défilé pour le mois prochain, inspiré des anciens uniformes soviétiques. Quand on lui demande s’il est un partisan de Poutine, il répond que la politique ne l’intéresse pas ! Mais porte quand même un sweat à l’effigie d’une Crimée russe.

Leurs productions sont destinées, officiellement, aux Russes de la Fédération de Russie ! Ces vidéos sont aussi regardées par les minorités russes des anciennes républiques soviétiques. Les films et les documentaires sont diffusés sur le web et les réseaux sociaux nationaux. Les collections de mode font l’objet de défilés partout en Russie. Le plus mémorable, c’était en Crimée, sur les quais du port de Sébastopol durant l’été 2014. Et c’est un bateau de guerre qui a servi de podium. Toutes ces productions n'ont qu'un but : fédérer les Russes et leurs sympathisants derrière la figure du président.

L'argent, nerf de la guerre

Le projet a été lancé sur les débris de l'organisation Nachis. Cette association s'est illustrée dans les années 2000 lors de grandes parades à la gloire de Vladimir Poutine. Les Nachis étaient financés et dirigés par l'administration présidentielle. On peut donc imaginer que Set, son héritier, bénéficie aussi des subsides du Kremlin. En tuant les Nachis et en créant Set, les hommes du président auraient juste changé de stratégie de propagande. Le porte-parole de Set l'explique très bien, avec une manifestation on touche quelques milliers de gens par la télé, avec un film sur le net des millions.

La photo de Vladimir Poutine et de son célèbre brochet de 21 kilos pêché dans une rivière dans la région de Tyva (Russie) le 20 juillet 2013, fait partie des clichés du président russe qui ornent les murs des locaux de Set.
La photo de Vladimir Poutine et de son célèbre brochet de 21 kilos pêché dans une rivière dans la région de Tyva (Russie) le 20 juillet 2013, fait partie des clichés du président russe qui ornent les murs des locaux de Set. (ALEXEY DRUZHININ / RIA-NOVOSTI)