En direct du monde, France info

En direct du monde. En Chine, la reconnaissance faciale est en plein boom dans de nombreux secteurs

Les Chinois développent de plus en plus la technologie de la reconnaissance faciale, dans des domaines plus ou moins attendus

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Raphaëlle KainlysfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Un distributeur à reconnaissance faciale délivre du papier hygiénique à une femme, dans les toilettes publiques du parc du Temple du Ciel, à Pékin (Chine), le 4 avril 2017.
Un distributeur à reconnaissance faciale délivre du papier hygiénique à une femme, dans les toilettes publiques du parc du Temple du Ciel, à Pékin (Chine), le 4 avril 2017. (HOW HWEE YOUNG / EPA / AFP)

Les Chinois n'ont d'yeux que pour cela : la reconnaissance faciale s'est développée tous azimuts dans l'empire du Milieu. Cette technologie s'applique dans des domaines très divers : elle est utilisée comme moyen de paiement, elle sert aussi pour éduquer les piétons, ou encore pour éviter l'utilisation abusive de papier toilette. Des systèmes ont été installés devant des distributeurs de banque, à l’entrée des universités, et à l'intérieur des fast-foods.

Punir les comportements inciviques

Dans de nombreux cas, il s’agit surtout de contrôler le comportement des habitants et des touristes. La reconnaissance faciale a, par exemple, été testée dans les toilettes publics d'un grand temple de Pékin. Ici, pour obtenir 60 à 70 cm de papier toilette, les visiteurs doivent désormais passer leur visage devant un scanner. Ce système permet de lutter contre les vols récurrents de papiers hygiéniques.

Dans d'autres cas, cette technologie permet de punir les piétons indisciplinés. Dans plusieurs villes chinoises, un appareil identifie les passants qui traversent en dehors des passages piétons. Leur photographie est ensuite affichée sur des écrans au niveau des carrefours.

Mieux s'adapter aux clients

Certains logiciels de reconnaissance faciale permettent également de décrypter les émotions. Ils sont utilisés dans le secteur de l'éducation, par des professeurs qui souhaitent savoir si leurs élèves sont suffisamment attentifs au cours ou si ils s'ennuient. Les enseignants se servent des résultats pour adapter leurs leçons afin d'éveiller la curiosité des élèves.

Des sociétés ont également trouvé l'idée intéressante pour leur commerce. Dans le secteur de la restauration par exemple, certains fast-foods utilisent la reconnaissance faciale pour élaborer des menus à leurs clients, en fonction de leur âge et de leur humeur. Un jeune homme de 20 ans se verra proposer plus facilement un hamburger au poulet et un soda, alors qu'une femme de 50 ans recevra un porridge au lait de soja. 

Un marché porteur dans le pays

Le gouvernement chinois ne voit pas, à travers cette technologie, d'entraves aux libertés individuelles. En Chine, il n'est pas interdit de récolter les photos des habitants. De plus, jusqu'à récemment, la vie privée n'était pas considéré comme quelque chose de si important. La première loi qui régule l’utilisation d’informations personnelles date de 2009.

Plutôt que de contrôler cette nouvelle mode, le gouvernement chinois va y contribuer. Il possède déjà la plus grande banque de photos d'identité au monde. Tout semble réunit pour que ce marché s’étende encore dans les années à venir.  

Un distributeur à reconnaissance faciale délivre du papier hygiénique à une femme, dans les toilettes publiques du parc du Temple du Ciel, à Pékin (Chine), le 4 avril 2017.
Un distributeur à reconnaissance faciale délivre du papier hygiénique à une femme, dans les toilettes publiques du parc du Temple du Ciel, à Pékin (Chine), le 4 avril 2017. (HOW HWEE YOUNG / EPA / AFP)