En direct du monde, France info

En direct du monde. En Chine, la politique du chien unique inquiète

Dans le nord-est chinois, la municipalité de Qingdao interdit à ses habitants de posséder plus d’un chien de compagnie par foyer. Ces derniers sont devenus trop nombreux et font l’objet de plaintes du voisinage.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoAngélique ForgetRadio France

Mis à jour le
publié le

Pour le contrevenant, les autorités imposent de choisir entre l\'abandon dans un centre d\'adoption ou une amende de 270 euros.
Pour le contrevenant, les autorités imposent de choisir entre l'abandon dans un centre d'adoption ou une amende de 270 euros. (FREDERIC J. BROWN / AFP)

En Chine, après la politique de l’enfant unique, celle du chien unique : il y a quelques jours la ville de Qingdao, dans le nord-est du pays, a instauré une nouvelle règle. Ainsi, désormais, chaque foyer a l’interdiction de posséder plus d’un chien de compagnie. Avec, en sus, une amende dissuasive pour le contrevenant, puisqu’elle peut atteindre les 270€. 

100 000 chiens pour neuf millions d'habitants

D’après les responsables municipaux, on dénombrerait quelque 100 000 canidés dans toute la ville, pour un total de neuf millions d’habitants. Des plaintes auraient par ailleurs été déposées, les chiens ayant blessé ou dérangé le voisinage.

Les autorités ont donc interdit une quarantaine de races, jugées trop dangereuses (bergers allemands, dobermans…) et décidé de proscrire la possession de plus d’un chien domestique par foyer. Aussi, ceux qui en possédaient déjà au moins deux et qui n’avaient pas enregistré leur animal se sont trouvés obligés d’en abandonner un à un centre d’adoption ou payer l’amende de 270 euros.

Pékin a adopté la mesure en 2006

On ne trouve pourtant pas plus de chien à Qingdao que dans des grandes villes comme Shanghai, Pékin, ou encore Chengdu, dans le centre du pays. Ces trois villes ont d’ailleurs déjà adopté la politique du chien unique, Pékin en tête en 2006.

Aux prémices de cette prolifération jugée problématique, une simple mode : posséder un animal de compagnie est un signe extérieur de richesse, et la classe moyenne grandissante dans le pays en raffole. Le nombre de propriétaires de chiens augmente de 10 % chaque année. Ainsi a-t-on vu fleurir dans les rues de Shanghai des cafés pour chiens, des piscines pour chiens, des cabinets d’acuponcture pour chiens. Lesquels défilent avec leurs maîtres parés de vêtements, de chaussures… voire de chapeaux.

Jinan menace de battre à mort les chiens en trop

A cet égard, c’est peu dire que la politique du chien unique passe mal chez les propriétaires de canidés : sur internet, beaucoup d’utilisateurs s’insurgent et s’inquiètent. L’un d’entre eux écrit même : "Dans le passé on a eu la politique de l’enfant unique, maintenant la politique du chien unique… Combien de vies innocentes vont ainsi être encore sacrifiées ?" Ils peuvent pourtant, d’une certaine façon, s’estimer chanceux : à Jinan dans l’Est du pays, en 2015, les autorités avaient déclaré qu’elles battraient à mort les chiens en trop qu’elles trouveraient au domicile des propriétaires…

Pour le contrevenant, les autorités imposent de choisir entre l\'abandon dans un centre d\'adoption ou une amende de 270 euros.
Pour le contrevenant, les autorités imposent de choisir entre l'abandon dans un centre d'adoption ou une amende de 270 euros. (FREDERIC J. BROWN / AFP)