Du côté des étoiles, France info

Des étoiles plein les livres...

Voici une sélection de quelques livres étoilés qui pourraient fort bien se retrouver sous les sapins de Noël...

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

(©)

L'écrivain
et astronome amateur Guillaume Cannat
nous gratifie de son Le ciel à
l'oeil nu en 2013
, chez Nathan , un véritable tour du ciel pour tous
ceux qui, sans être experts, veulent pouvoir lever les yeux vers les
étoiles, reconnaître planètes et constellations, et aussi, ne pas
rater les événements célestes les plus spectaculaires. Guillaume
Cannat n'a pas son pareil pour identifier les phénomènes
astronomiques, mais, bien sûr, il ne peut tout prévoir : cette
année, il nous annonce la venue de la comète Panstarrs, aux
crépuscules du mois de mars. Oui, mais que verra t-on ?
Personne, aujourd'hui, ne peut le prévoir, car les comètes
dissimulent leur comportement jusqu'à leur approche du Soleil et de
la Terre...

Aux
éditions La Ville brûle
, sous la direction de Jean-Philippe Uzan ,
une pléiade d'astronomes contemporains converse avec les grands
penseurs du passé, Platon, Aristote, Kant, Buffon, Einstein... Variations sur un même ciel  est un
livre passionnant, mais exigeant, qui jauge à l'aune des cosmogonies
d'hier la cosmologie d'aujourd'hui.

Enfin,
un beau livre, aux éditions Marval
 : Villes éteintes , du
photographe Thierry Cohen . Un ouvrage séduisant et déroutant tout à
la fois. L'idée de Thierry Cohen ? Montrer aux quelques cinq
milliards de citadins de la planète Terre ce qu'ils ont perdus en
illuminant à outrance le ciel nocturne : les étoiles. Le
photographe nous présente donc des panoramas nocturnes des grandes
mégalopoles terriennes, sous des ciels idéals, qu'il est allé
cherché dans le désert d'Atacama, au Chili... Au premier regard, on
accompagne le photographe dans son travail : ses images de la
Voie lactée se détachant sur la skyline de Tokyo, Shanghai ou
Sydney sont magnifiques. Au second regard, ces villes éteintes
questionnent, car elles paraissent plutôt vides et mortes. L'idée
que la pollution lumineuse puisse être ainsi totalement éliminée,
éradiquée, est une étrange utopie. Les lumières de la ville, sont
une signature de l'humanité. Eviter la gabegie énergétique,
certes, mais interdire la lumière ?

 

(©)