Chronique du ciel, France info

Comment sont planifiés les créneaux horaires des aéroports ?

En fonction de l’encombrement ou de la saturation de tel ou tel aéroport, les créneaux horaires ou "slots" constituent une ressource précieuse et convoitée par les compagnies aériennes. Et ce n’est certainement pas par sur un simple coup de fil ou un courrier qu’un transporteur peut décider des horaires d’arrivée ou de départ de ses avions.

--'--
--'--
Radio France

Mis à jour le
publié le

(Pour conserver un créneau horaire, une compagnie doit l’utiliser plus de 80% du temps © Aéroports de Paris)

 En France, le grand marché du créneau horaire a lieu deux fois par an

Les créneaux horaires sont attribués par un coordonnateur qui les répartit entre les compagnies et qui surveille aussi la façon dont ils sont utilisés. Chaque pays possède son coordonnateur.

En France, la Cohor, l’association pour la coordination des horaires , une association indépendante, qui regroupe la plupart des compagnies et les aéroports les plus importants est chargée de cette mission. Deux fois par an, en novembre, puis en mars, les coordonnateurs du monde entier et les compagnies se retrouvent, pour un grand marché du créneau horaire.

 Un créneau horaire peut s’échanger pour plus de 26 millions d’euros

En Europe, le créneau horaire est gratuit, mais sur certains aéroports saturés, comme à Londres Heathrow, les compagnies peuvent échanger certains "slots" moyennant compensation financière.

A Londres, on a vu des créneaux horaires s’échanger pour plus de 26 millions d’euros. Comme c’est une denrée rare, pour conserver un créneau horaire, une compagnie doit l’utiliser plus de 80% du temps.

Dans le cas contraire, il retombe dans ce que l’on appelle "un poul" avant d’être redistribué selon des critères très précis établis dans un règlement communautaire.

En attendant la semaine prochaine, vous pouvez retrouver plus de Chroniques du ciel sur notre  page Facebook et sur notre .

(Pour conserver un créneau horaire, une compagnie doit l’utiliser plus de 80% du temps © Aéroports de Paris)