C'était comment ?, France info

C'était comment ? Le PS en chute libre

Le 1er tour des législatives, et la claque pour les candidats du parti socialiste. Notamment pour Jean-Christophe Cambadélis. Le premier secrétaire du PS a été battu, dans la 16eme circonscription de la capitale. Nathalie Bourrus y était.

00:00-00:00

audio
vidéo
logo
franceinfoNathalie BourrusRadio France

Mis à jour le
publié le

Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti Socialiste.
Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti Socialiste. (THOMAS SAMSON / AFP)

C’était… super méga Macron. Et dans ce fief de gauche, c'était super méga gueule de bois lundi matin. Mais qu’est-ce-qui s’est passé ? 20 ans à gauche, et en quelques semaines, un virage à 360 degrés.

"Mais non, c’est pas en quelques semaines, qu’est-ce que vous dites ?"

Rue Secrétan, dans le 19 ème arrondissement de Paris, le monsieur n’est pas d’accord avec la dame.

Elle : "Mais enfin ! Le parti de Macron s’est monté en à peine un an ! Comment voulez-vous que les gens aient vraiment adhéré ???"

Lui : "Mais pas en un an ! Macron avait tout prévu. Il a ratissé très large. Et ça a marché point final ! Il a vu les choses venir, il a été In-te-lli-gent"

Un dialogue musclé 

Le monsieur, macroniste, et boucher de métier, est très énervé. La dame, cliente, beaucoup plus jeune, et pas macroniste, est assez excitée. J’essaie d’en placer une : "Mais, vous avez voté hier ?"

Lui : "Non"

Elle : "Non"

Moi : "Hein ? Mais vous défendez des positions, sans aller le dire dans l’urne ?"

Lui : "Oh la la… Macron il n’avait pas besoin de moi !"

 "Mais Cambadelis, lui, il aurait eu besoin d’un gros coup d’pouce !"

Eux, en cœur : "Ah mais lui, c’était plus possible !"

"Ah bon ? À ce point ?"

"Ah oui ! C’est le genre de type, je peux plus !", dit la dame. "Je préfère encore la fille qui s’est présentée pour La France Insoumise. Comment elle s’appelle déjà ?"

Moi : "Sarah Legrain, c’est une prof"

Elle : "Ah oui c’est ça… encore une nouvelle"

Le boucher ne se souvient pas non plus du nom, de celui arrivé en tête.

"Mais si, c’est un jeune, un tout jeune…mince, j’me souviens plus"

Moi : "Mounir Mahjoubi. Il a fait la campagne du numérique de Hollande en 2012"

Le boucher : "La vache, il a bien retourné sa veste donc !"

Moi, perdue : "Ah ben je vous comprends plus ! Au début, vous me disiez que Macron avait tout compris, avant tout le monde ! Et maintenant vous le critiquez !"

"Mais ouiiiii, Macron il a tout compris… il a surtout senti qu’on était paumés… il nous tient par la main là, et on le suit." "Mais ça vous plaît, ou pas ?"

"Je sais pas. je me sens un peu obligé de le suivre, c’est bizarre.. Ça m’évite de trop me prendre la tête, de trop réfléchir. On a tous assez de problème comme ça !" Emmanuel Macron, le patriarche, qui veille sur nous, et nous aide à aller dans un certain sens : le sien.

 

Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti Socialiste.
Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti Socialiste. (THOMAS SAMSON / AFP)