C'était comment ?, France info

C'était comment ? "Le bac ? Ils nous le donnent "

Les épreuves du bac se poursuivent. Ce vendredi matin, les élèves de Terminale L et ES passaient l'épreuve d'histoire-géorgaphie, comme au lycée Jacques-Decour, à Paris. Nathalie Bourrus y était.

00:00-00:00

audio
vidéo
logo
franceinfoNathalie BourrusRadio France

Mis à jour le
publié le

La première journée du baccalauréat général : l\'épreuve de philo dans le Jura, le 15 juin 2017.
La première journée du baccalauréat général : l'épreuve de philo dans le Jura, le 15 juin 2017. (MAXPPP)

C’était.... une histoire de mineurs. Assises sur les barres de fer qui servent accrocher les vélos, trois jeunes filles font la tête, visage au soleil. 

Moi : "Alors ça y est ? C’est fait ?"

L’une d’elle : "Fait, oui. Mais je suis furieuse."

Moi : "Ah bon ? Pourquoi ?"

Elle : "Mais parce qu’il y a eu une fuite!"

Moi : "Ah zut ! Expliquez-moi"

Elle : "Ben, en fait, on aurait dû avoir, en sujet majeur, une composition de géo et, en sujet mineur, en histoire, une étude de document."

Moi : "Euh... c’est quoi mineur et majeur ?"

Elles, un peu interloquées : "Ben, ça fonctionne comme ça."

Moi, vieille (bac en 84... Chuuut ! No comment) : "Mais comment ça ?"

Question de coéfficient

L’autre jeune, qui zappe ma question : "Donc, en sujet majeur, on a finalement eu de l’histoire et, en mineur, de la géo."

Moi : "Et ça change tout ?"

Elles, perturbées : "Les coeff ne sont pas les mêmes pour majeur et mineur !"

Moi : "Ok... Mais, vous vous en êtes sortis ?"

Elle : "Alors moi, en histoire, coeff 5, j’ai pris la Chine dans le monde depuis 1949. Je crois que j’ai un peu mélangé l’histoire et la géo."

Moi : "Ah oui, le mineur et le majeur... "

Elles préfèrent en rire. "Disons que j’ai parlé de la mondialisation alors que c’est plutôt de la géo, la mondialisation."

Moi, paumée de chez paumée : "Ah bon ? Je ne savais pas. C’est une grande part de l’histoire, la mondialisation."

Clic clic sur les smartphones

Elle, faisant le mou, genre Isabelle Huppert dans les années 60 : "Mmouais, peut-être."

Une autre : "Moi, j’ai pris le socialisme en Allemagne depuis 1945."

Moi : "Ah oui, passionnant : la Guerre mondiale, la chute du mur... Quelle période fondamentale !"

Elles me regardent m’enflammer toute seule : "Ben le problème, c’est que, comme en cours, on a appris l’Allemagne de 1875 à aujourd’hui, j’ai fait pareil. Trois parties : 1875-1914, puis 14-45, puis de 45 à nos jours."

Sa copine, la mine dépitée : "Ah oui, ça fait peut-être un peu beaucoup... "

Clic clic sur les smartphones

Elle : "Ahhh, les corrigés du Figaro. Ah ben, eux aussi, ils font les trois parties. Cool !"

Moi : "Bon, ben y a eu une fuite… Mais ça ira en fait non ?"

Les trois, en cœur : "De toute façon, ils ne vont pas me saquer pour ça. Mon cours, je le connais. J’en ai mis trop mais je le connais. Vous savez, le bac, ils veulent qu’on l’ait. Ils le donnent presque maintenant !"

Moi : "Et ce week end, c’est boulot boulot ?"

Elles, telles Les Trois Grâces : "Mais avant, c’est shopping ! De toute façon, je vous le dis, ils le donnent le bac, donc pas d’problème !"

La première journée du baccalauréat général : l\'épreuve de philo dans le Jura, le 15 juin 2017.
La première journée du baccalauréat général : l'épreuve de philo dans le Jura, le 15 juin 2017. (MAXPPP)