C'était comment ?, France info

C'était comment ? Je veux mon Marks and Spencer !

Le groupe Marks and Spencer va fermer une centaine de boutiques dans le monde d'ici cet automne. En France, sept magasins de la marque britannique vont devoir mettre la clé sous la porte. Adieu les scones ? "Oh nooooo", crient les fans dans les magasins. Nathalie Bourrus y était.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Nathalie BourrusfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le magasin Marks and Spencer des Champs-Elysées, à Paris.
Le magasin Marks and Spencer des Champs-Elysées, à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)

C’était, en anglais dans le texte... just horrible ! Oh my god ! What’s happening to Marks and to Spencer ?! Le groupe va en effet fermer sept magasins en France d'ici l'automne prochain.

Gare de l’Est à Paris, dès la fin de la matinée, on se rue sur les fameux (famous, pardon) sandwichs triangle, qui ont fait la renommée de l’enseigne britannique.

Mais pas que. "Ah ben non, on s’est modernisé tout de même", me rétorque une caissière.

Moi : "Ah oui ! Les soupes bien sûr."

Elle : "Et les salades aussi... comme les autres enseignes, y’en a partout maintenant, il faut sans cesse innover."

Moi : "Je ne vois pas tellement écrit sans gluten, ou avec quinoa."

Elle se marre. "Ah ça, j’espère qu’on ne va pas trop charrier là-dessus." Elle se marre, parce que sa boutique (comme tous les Marks and Spencer dédié à la nourriture) va rester ouverte. Pas de plan social. La direction veut même développer ce côté-là de l’affaire.

Hum... Je vois déjà le cheddar dégoulinant sur les pommes de terre (patatoes, pardon). Dans ma tête : "Mais naaaaan, n’importe quoi moi ! Il faut manger du quinoa ou du boulgour, pas des pancakes écossais !" Mon ventre commence à gargouiller.

Tout un concept

Je file à Beaugrenelle, de l’autre côté de la Seine. Marks and Spencer est là sur trois étages. J’ai faim... Et je n’ose l’avouer, mais je me confesse : j’ai mangé, une grosse pomme de terre au chili con carne (non, je ne veux entendre aucun commentaire.. si vous voulez vous goinfrer de boulgour, c’est votre problème)

Je papote avec le serveur. "Alors c’est le grand départ ?"

Lui : "Ben oui... On le savait depuis quelque temps, mais bon, on y croyait au concept."

Moi : "Au concept ? Quel concept ?"

Personne ne nous ressemble, regardez on vous sert à table, vous buvez votre café dans des tasses ou des bols en porcelaine blanche, les scones et cakes sont en présentation, sous cloche.

Un serveur de Marks and Spencer

à franceinfo

Il a raison, c’est so British. Je lève la tête, et je découvre alors la déco au mur. Ah là, c’est so SNCF. Vous savez, quand on vous met une espèce d’énorme photo, un peu floue, aux couleurs un peu fadasses, censée vous donner envie d’un croque-monsieur pas très bon et très cher.

Je me dis alors que malgré la porcelaine blanche, le concept, il est peut-être un chouia... Comment dire ? Has been ?

Je monte au rayon Femme. Ah, ça se confirme. Il y a comme un petit côté Penelope Fillon (oh, c’est pas sympa ça). Toutes ces bottes de cheval et ces chemises en lin bleu ciel... C’est sûr qu’à deux pas, quand tu vois Inès de la Fressange dans la vitrine d’Uniqlo, tu te dis qu’on est loin du célèbre sandwich triangle.

Le magasin Marks and Spencer des Champs-Elysées, à Paris.
Le magasin Marks and Spencer des Champs-Elysées, à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)