C'est mon week-end, France info

C'est mon week-end. Lauris, un village du Vaucluse où il fait bon manger

Aujourd'hui, franceinfo vous emmène visiter Lauris, une commune du Vaucluse, au pied du Luberon. Lauris où un restaurant vient d'être étoilé au guide Michelin.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoIngrid PohuRadio France

Mis à jour le
publié le

Salon de la retauration et de l\'hôtellerie à Lyon, stand sur Les délices du Lubéron, le 24 janvier 2017.
Salon de la retauration et de l'hôtellerie à Lyon, stand sur Les délices du Lubéron, le 24 janvier 2017. (PIERRE AUGROS / MAXPPP)

En cette veille de week-end, franceinfo met le cap sur le village provençal de Lauris, à une demi-heure d’Aix-en-Provence. C’est ici que le Chef Jérôme Faure a ouvert son restaurant gastronomique Le Champ des lunes  pour lequel il vient de décrocher une première étoile au Guide Michelin. Ingrid Pohu lui a demandé de nous faire partager ses adresses gourmandes dans le Luberon, une région où ce Grenoblois s’est installé voici un an.

Jusqu’alors Jérôme Faure travaillait dans le Vercors où la qualité de sa cuisine lui a déjà valu il y a huit ans une étoile au Michelin. Et à 39 ans, le voici à nouveau récompensé. "Ça rassure et ça fait plaisir" explique ce funambule du goût qui vit dans un décor de rêve. "La Provence, le Luberon c’est sympa ! Il y a beaucoup de soleil. C’est aussi une région riche en produits, en saveurs, en odeurs avec la lavande, la rose. En tant que chef de cuisine c’est une région très inspiratrice."

Et comme dit Jérôme Faure, ce sont les produits de saison qui "dirigent" sa carte. Et en ce moment, il cuisine des noix de Saint-Jacques accompagnées de chèvre frais et de betteraves du Luberon relevés à l’ail noir du Japon. Et sa madeleine de Proust ? L’île flottante. Comme il revient tout juste d’Indonésie, il la parfume avec du gingembre, du curcuma frais et des feuilles de Combava (petit agrume qui ressemble au citron vert). Premier menu au déjeuner : 35 euros.

Le vieux village de Lauris et son château

Une fois sortis de table, on visite le village de Lauris. Il est situé sur un pic rocheux qui domine la rivière de la Durance, tout près du massif du Luberon. On serpente à travers ses petites ruelles entre lavoirs et fontaines.  "Le vieux village de Lauris est très agréable pour flâner, il y a des petites maisons magnifiques, on a une vue extraordinaire du haut du château avec les jardins en terrasse". Autre institution locale, la boucherie charcuterie Pourcin créée en 1876.  "Aller acheter une petite côte de cochon du Ventoux avec des rondelles d’andouilles coupées finement c’est sympa !"

Le chef va chercher ses pois chiche et son huile d’olive dans le village médiéval de Cucuron, dans la boutique : le moulin Oliversion. Puis il déjeune à la table de La petite maison de Cucuron tenue par le chef Eric Sapet qui travaille les asperges de pays en salade à la râpée de truffe. Les remparts, le donjon Saint-Michel et l’étang bordé de platanes bicentenaires sont aussi l’atout charme de Cucuron.

Une bonne balade digestive

Le chef suggère aussi une balade dans la forêt de cèdres de Bonnieux. Un circuit pédestre de 3 km à l'écoute du chant des merles, à l'affût des sangliers avec en toile de fond le mont Ventoux. Ensuite, petite pause dans la commune de Cheval-Blanc chez son ami Rudolf, un ancien pilote de ligne autrichien naturalisé Français qui vend des jus de fruits maison.  "C’est un personnage atypique et attachant" raconte Jérôme Faure. "Il cultive des vieilles variétés de pommiers et il fait des jus de fruits, des jus de pommes, de poires magnifiques !" ajoute-t'il. 

Après toutes ces découvertes, retour à Lauris, dans le domaine viticole de Fontenille où se trouve le restaurant de Jérôme Faure, dans un hôtel quatre étoiles aménagé dans une bastide du 18ème siècle. À partir de 155 euros la nuitée pour une escapade remplie d'étoiles.

Salon de la retauration et de l\'hôtellerie à Lyon, stand sur Les délices du Lubéron, le 24 janvier 2017.
Salon de la retauration et de l'hôtellerie à Lyon, stand sur Les délices du Lubéron, le 24 janvier 2017. (PIERRE AUGROS / MAXPPP)