C'est mon week-end, France info

C'est mon week-end. Cap sur Tallinn, la "Carcassonne du Nord", en Estonie

Tallinn, capitale de l'Estonie, est une cité médiévale avec sa forteresse, ses clochers, sa vieille ville, et son quartier alternatif.  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Ingrid PohuRadio France

Mis à jour le
publié le

La cathédrale orthodoxe Alexandre-Nevski est à découvrir à Tallinn, en Estonie
La cathédrale orthodoxe Alexandre-Nevski est à découvrir à Tallinn, en Estonie (GARDEL BERTRAND / HEMIS.FR / HEMIS.FR)

Nous partons aujourd'hui à Tallinn, capitale d'Estonie, que certains surnomment la "Carcassonne du Nord". Ce pays balte compte 1,3 million d'habitants et a rejoint l'Union européenne en 2004, et partage ses frontières à l'est avec la Russie, et au sud avec la Lettonie. Comptez trois heures de vol et 190 euros l'aller-retour depuis Paris pour rejoindre Tallinn. 

Un voyage dans le temps

Lorsqu'on longe sur presque deux kilomètres les remparts du centre médiéval de Tallinn, on a aussitôt la sensation de voyager dans le temps : ici, les toitures en tuile rouge des palais ; là, un vieux lampadaire et des enseignes en fer forgé. Ce village pavé, couleur pastel, très bien conservé, a quelque chose d’authentique. Ulle Kirsimäe, guide à Tallinn, détaille : "Il y a des galeries d’art, des petits cafés, des salles d’expositions et même un sauna qui fonctionne dans une ancienne tourelle médiévale. Tallinn est vraiment la ville des girouettes et des tourelles ! On comprend pourquoi elle est jumelée avec Carcassonne. C’est une ville à la Carcassonne !" 

Un défilé de clochers 

En se promenant, on découvre les armoiries colorées de la cathédrale luthérienne Sainte-Marie, et les vieilles dames russes coiffées d’un fichu lors d’une messe à la cathédrale orthodoxe Alexandre-Nevski. On apprécie aussi le charme des maisons en bois : elles tranchent avec les façades Renaissance et Art Nouveau de la rue Pikk. Avant d’attaquer le marché au tricot, on se pose dans un bistrot pour tester le "Vana Tallinn Café", rehaussé d’une liqueur de rhum. Le soir, dans la ville basse, l’immense place de Raekoja fourmille de terrasses, et cette fois, on commande pour deux euros la bière blonde locale : la Saku Original. 

Le quartier alternatif, refuge des artistes 

Marchés aux puces, concerts, festival de street-food : le quartier alternatif est le refuge des artistes et hipsters de Tallinn. Cafés et restos branchés sont installés dans les entrepôts d’anciennes usines ferroviaires. Et, surprise, pour seulement 4,90 euros, vous dégustez un filet de canard dans un bistrot français, Le Frenchy, tenu par Gauthier Le Masne. Ce Parisien d’origine est installé à Tallinn depuis sept ans et pour rien au monde il ne quitterait cette capitale en plein développement : "Tallinn devient aussi une place financière. Il y a de plus en plus d’investissements. On sait qu’il y a des avantages au niveau fiscal. Il y a de plus en plus de start-up françaises qui s’installent ici."

Balade en bord de mer

Tallin, c'est aussi un grand port de mer. Plusieurs plages entourent son port de plaisance, on se baigne dans la mer Baltique par seulement 18°C. Si cela vous dit, une piste cyclable longe la baie. Pour finir, une bonne adresse pour votre séjour : le Cru Hôtel, une demeure médiévale joliment réaménagée dans la rue commerçante de Viru. Comptez 120 euros la chambre pour deux. Enfin, à mettre dans votre sac à dos, le nouveau Guide du Routard consacré aux trois capitales des Pays Baltes : Tallinn, Riga en Lettonie et Vilnius en Lituanie.

La cathédrale orthodoxe Alexandre-Nevski est à découvrir à Tallinn, en Estonie
La cathédrale orthodoxe Alexandre-Nevski est à découvrir à Tallinn, en Estonie (GARDEL BERTRAND / HEMIS.FR / HEMIS.FR)